Back to top

Polina Jourdain-KobychevaPolina Jourdain-Kobycheva Follow

Back to profile Galleries
Jourdain-Kobycheva Polina

Polina Jourdain-Kobycheva
Nationality: fr France


87 artworks   Artistic domains : Photography

Polina Jourdain-Kobycheva, photographe russe professionnelle, développe à Saint-Pétersbourg un style néo-classique au contact des danseurs du très célèbre théâtre Mariinski. Ses photos en noir et blanc s’inscrivent dans une tradition de la photographie de danse avec une attitude posée mais très vite relayée par d’autre clichés qui captent l’essence du mouvement en insistant sur le détail. Son diplôme en sociologie de la culture obtenu en 1997 ainsi que sa formation de photographe à l’école de cinéma « Cadre Studio Lenfilm » et à l’école « Baltique de la Photographie » lui ont permis d’appréhender ses sujets avec une solide base artistique.
En dehors de la photographie de danse, son intérêt se porte sur le nu dont elle s’est faite une spécialité en traitant le corps en plans très rapprochés réalisant ainsi son allégorie à travers la partie évoquée. Le choix de l’angle de prise de vue sert ce corps unique qu’il faut analyser pour en tirer les plus belles perspectives. On l’aura bien compris ses nus relèguent définitivement le figuratif, oeuvres d’art dédiées à la nature - humaine - qu’elle rend belle et mystérieuse, impression renforcée par une lumière rasante souvent crépusculaire.
Déjà en Russie des collectionneurs privés ont acquis certaines de ses oeuvres et on retrouve ses photos dans la collection du Musée Russe et du Musée Appartement Nabokov.

En France depuis 4 ans, c’est sa collaboration avec le Malandain Ballet depuis juin 2014 qui lui permet de réaliser de nombreux clichés des danseurs de Thierry Malandain. Sa coopération avec ce ballet durant 2 ans donne lieu à la concrétisation de portraits intimistes au plus près de la réalité quotidienne du danseur.
Pour elle l’exigence de la danse doit transparaître dans ses photos, et pour cela l’observation du danseur quand il se repose conserve une grâce naturelle qui rend l’harmonie au corps ; la prise de vue en gros plan laissant émerger le détail et son élégance. Pour cela la photo doit être homogène avec une ordonnance que légitime la proportionnalité. Cet équilibre des lignes donne naissance à des photos structurées, construites et graphiques alors que d’autres lignes rompues, suspendues, évoque le mouvement de la danse. Les plans de proximité mettent en valeur la délicatesse du mouvement par le détail, tout en suggérant la participation de tout le corps à ce mouvement. L’esthétisme qui habite toutes ses photos s’intègre parfaitement dans une tradition classique (photos de danse statique, de Nijinski par exemple) et les photos de scènes de ballet arrêtées également, pour aborder le dynamisme qui domine actuellement. Ces trois tendances se mêlent chez Polina Jourdain-Kobycheva créant un style riche et diversifié qui ne renie pas l’académisme mais l’intègre dans une nouvelle dimension intimiste.
Polina Jourdain-Kobycheva fait paraître deux livres de photographie en 2016, l’un concernant la danse « Danse l’Absolu Délicat », l’autre sur le nu « Peinture de Lumière sur Fond Noir ».
Polina Jourdain-Kobycheva, photographe russe professionnelle, développe à Saint-Pétersbourg un style néo-classique au contact des danseurs du très célèbre théâtre Mariinski. Ses photos en noir et blanc s’inscrivent dans une tradition de la photographie de danse avec une attitude posée mais très vite relayée par d’autre clichés qui captent l’essence du mouvement en insistant sur le détail. Son diplôme en sociologie de la culture obtenu en 1997 ainsi que sa formation de photographe à l’école de cinéma « Cadre Studio Lenfilm » et à l’école « Baltique de la Photographie » lui ont permis d’appréhender ses sujets avec une solide base artistique.
En dehors de la photographie de danse, son intérêt se porte sur le nu dont elle s’est faite une spécialité en traitant le corps en plans très rapprochés réalisant ainsi son allégorie à travers la partie évoquée. Le choix de l’angle de prise de vue sert ce corps unique qu’il faut analyser pour en tirer les plus belles perspectives. On l’aura bien compris ses nus relèguent définitivement le figuratif, oeuvres d’art dédiées à la nature - humaine - qu’elle rend belle et mystérieuse, impression renforcée par une lumière rasante souvent crépusculaire.
Déjà en Russie des collectionneurs privés ont acquis certaines de ses oeuvres et on retrouve ses photos dans la collection du Musée Russe et du Musée Appartement Nabokov.

En France depuis 4 ans, c’est sa collaboration avec le Malandain Ballet depuis juin 2014 qui lui permet de réaliser de nombreux clichés des danseurs de Thierry Malandain. Sa coopération avec ce ballet durant 2 ans donne lieu à la concrétisation de portraits intimistes au plus près de la réalité quotidienne du danseur.
Pour elle l’exigence de la danse doit transparaître dans ses photos, et pour cela l’observation du danseur quand il se repose conserve une grâce naturelle qui rend l’harmonie au corps ; la prise de vue en gros plan laissant émerger le détail et son élégance. Pour cela la photo doit être homogène avec une ordonnance que légitime la proportionnalité. Cet équilibre des lignes donne naissance à des photos structurées, construites et graphiques alors que d’autres lignes rompues, suspendues, évoque le mouvement de la danse. Les plans de proximité mettent en valeur la délicatesse du mouvement par le détail, tout en suggérant la participation de tout le corps à ce mouvement. L’esthétisme qui habite toutes ses photos s’intègre parfaitement dans une tradition classique (photos de danse statique, de Nijinski par exemple) et les photos de scènes de ballet arrêtées également, pour aborder le dynamisme qui domine actuellement. Ces trois tendances se mêlent chez Polina Jourdain-Kobycheva créant un style riche et diversifié qui ne renie pas l’académisme mais l’intègre dans une nouvelle dimension intimiste.
Polina Jourdain-Kobycheva fait paraître deux livres de photographie en 2016, l’un concernant la danse « Danse l’Absolu Délicat », l’autre sur le nu « Peinture de Lumière sur Fond Noir ».