Back to top

Olivier PFLEGEROlivier PFLEGER Follow

Back to profile Galleries
PFLEGER Olivier

Olivier PFLEGER
(1967-1967)
Nationality: fr France


56 artworks   Artistic domains : Painting

Olivier Pfleger ou la boulimie créative.

1985: Il embrasse très vite une carrière d’artiste peintre
1990: il enchainera sans relache de nombreuses expositions qui lui permettront d'être reconnu en France et à l'étranger.

2005: il ouvre avec sa compagne une première galerie à Castillonnès avant d’en ouvrir une seconde, trois ans plus tard, à Monflanquin, un des plus beaux villages de france.

Si Olivier Pfleger se distingue tout d’abord par des tableaux très structurés et élaborés, il s’en éloigne peu à peu. Epris de liberté, il refuse de s’enfermer dans une technique ou un style, et sa quête s’inscrit tout d’abord dans la recherche et dans l’action. Guidé par l’énergie de sa gestuelle, il trouve dans la peinture au couteau une vibration créatrice qui l’amène à une déstructuration de l’ensemble de ses toiles. Les couleurs priment sur le dessin et les détails tendent peu à peu à se gommer comme pour aller à l’essentiel. Personnages, paysages, ciels et mers s’enlacent pour laisser place à l’émotion de l’instant. Un instant intemporel, non pas figé, mais ondulant comme si le couteau d’Olivier travaillait encore alors que celui-ci est déjà tout entier tourné vers une nouvelle toile.

Caroline Mandrafina ou l'art de la déstructuration.

Après plusieurs années passées dans le monde de la mode et du stylisme, Caroline découvre la peinture avec Olivier Pfleger en 2003.
Elle y retrouve les plaisirs du dessin et de la création, et développe peu à peu son propre univers. Au bout de quinze ans, elle décide d’abandonner son travail pour se consacrer entièrement à sa peinture. Elle a ouvert avec son compagnon deux galeries, une à Monflanquin et l’autre à Castillonnès.

Initiée à la peinture au couteau par son compagnon Olivier Pfleger, Caroline creuse désormais son sillon loin de son maître.
Attirée par la volonté de communiquer sa joie de vivre, les couleurs éclatantes dominent d’abord sa peinture. Femme du soleil et de la mer, la Provence, les marines, la Toscane ou encore Venise sont ses thèmes de prédilection. Du rouge chatoyant au jaune éblouissant, la lumière de ses toiles réchauffe le regard en même temps qu’elle l’interroge. Son travail sur des formes aujourd’hui plus fuyantes l’amène sur des chemins davantage abstraits, où les paysages se transfigurent sous l’énergie de son couteau. Fantasme et onirisme se disputent ainsi une place de choix : une place au soleil.
Olivier Pfleger ou la boulimie créative.

1985: Il embrasse très vite une carrière d’artiste peintre
1990: il enchainera sans relache de nombreuses expositions qui lui permettront d'être reconnu en France et à l'étranger.

2005: il ouvre avec sa compagne une première galerie à Castillonnès avant d’en ouvrir une seconde, trois ans plus tard, à Monflanquin, un des plus beaux villages de france.

Si Olivier Pfleger se distingue tout d’abord par des tableaux très structurés et élaborés, il s’en éloigne peu à peu. Epris de liberté, il refuse de s’enfermer dans une technique ou un style, et sa quête s’inscrit tout d’abord dans la recherche et dans l’action. Guidé par l’énergie de sa gestuelle, il trouve dans la peinture au couteau une vibration créatrice qui l’amène à une déstructuration de l’ensemble de ses toiles. Les couleurs priment sur le dessin et les détails tendent peu à peu à se gommer comme pour aller à l’essentiel. Personnages, paysages, ciels et mers s’enlacent pour laisser place à l’émotion de l’instant. Un instant intemporel, non pas figé, mais ondulant comme si le couteau d’Olivier travaillait encore alors que celui-ci est déjà tout entier tourné vers une nouvelle toile.

Caroline Mandrafina ou l'art de la déstructuration.

Après plusieurs années passées dans le monde de la mode et du stylisme, Caroline découvre la peinture avec Olivier Pfleger en 2003.
Elle y retrouve les plaisirs du dessin et de la création, et développe peu à peu son propre univers. Au bout de quinze ans, elle décide d’abandonner son travail pour se consacrer entièrement à sa peinture. Elle a ouvert avec son compagnon deux galeries, une à Monflanquin et l’autre à Castillonnès.

Initiée à la peinture au couteau par son compagnon Olivier Pfleger, Caroline creuse désormais son sillon loin de son maître.
Attirée par la volonté de communiquer sa joie de vivre, les couleurs éclatantes dominent d’abord sa peinture. Femme du soleil et de la mer, la Provence, les marines, la Toscane ou encore Venise sont ses thèmes de prédilection. Du rouge chatoyant au jaune éblouissant, la lumière de ses toiles réchauffe le regard en même temps qu’elle l’interroge. Son travail sur des formes aujourd’hui plus fuyantes l’amène sur des chemins davantage abstraits, où les paysages se transfigurent sous l’énergie de son couteau. Fantasme et onirisme se disputent ainsi une place de choix : une place au soleil.


Articles: