Henri Blouet


Suivre
Peinture 250 Abonnés Membre depuis 2014
HAUTE GOULAINE, France

Activité sur Artmajeur

182 996 | Vues
389 | Ajoutées aux collections
250 | Abonnés
151 | Avis
365 | Artistes suivis
1 | Mes œuvres favorites

Contactez l'artiste

Message


France

Membre depuis 1 avr. 2014
Dernière mise à jour: 5 févr. 2020

Signaler

Biographie

L'univers pictural d'Henri Blouet, peintre autodidacte né en 1936, s'est affirmé au cours d'une vie artistique nourrie de rencontres, d'échanges et de recherches permanentes pour arpenter les chemins déjà ouverts par les grands modernes et trouver sa propre voie.

Ce cheminement a été ponctué de périodes allant de l'apprentissage adolescent avec la copie d'œuvres de grands maîtres suivie de l'affirmation d'une vision déjà personnelle : peinture automatique, peinture narrative, anecdotique, peinture autobiographique, peinture onirique, peinture prémonitoire pour atteindre le stade actuel hors de toute figuration.

Henri Blouet a su capter la beauté du monde dans les œuvres figuratives qui ponctuent son parcours. L'aboutissement actuel de sa démarche s'ouvre sur un autre monde qui dévoile des "perceptions visuelles irréelles" dans lesquelles toute similitude avec des figures, des formes ou des êtres existants serait une coïncidence ... ou une vue de l'esprit !

Ses œuvres des 10 dernières années participent d'une démarche originale qui pourrait s'intituler " chromatisme lyrique", démarche dans laquelle élaboration et exécution afirment une "patte" personnelle hors des modes et des écoles.

Il se reconnait dans la conviction de Paul Klee énoncée dans sa "Théorie de l'Art Moderne":

"L'artiste n'accorde pas aux apparences de la nature la même importance contraignante que ses nombreux détracteurs réalistes. Il ne s'y sent pas tellement assujetti, les formes arrêtées ne représentant pas à ses yeux l'essence du processus créateur dans la nature"

Il se veut le peintre de l'énergie élémentaire, de l'affrontement des contraires, du triomphe des alliances, de la confusion des genres, de la dynamique des lignes et des couleurs, de l'imposition du hasard, de l'exigence de la nécessité, de l'absolu du non dit et de la prééminence d'une vie révélée.

La recherche du tableau idéal, "celui qui ait l'air de s'être peint lui-même", comme le définissait Emil Nolde, est une aventure unique, chaque fois renouvelée. Elle jaillit du néant après une gestation qui lui apparait quasi immédiate mais qui a commencée le jour, il y a bien longtemps, où son pinceau a caressé le blanc insondable de sa première toile.