Ajouté le 30 sept. 2019 | Commentaires

CONSUELO WALKER GUZMÁN

Les épingles ne se cachent plus

Généralement, les couturières font un grand usage des épingles, des ciseaux, des mètres rubans, du fil ou des aiguilles. Et puis, quand l’ouvrage est terminé, elles rangent toute
cette quincaillerie pour ne plus montrer que la réalisation finale, la robe haute couture, le chapeau de mariage, la cape d’hiver. Comme le jardinier qui range son rateau après avoir ratissé les allées, ou le cuisinier qui range ses casseroles.

Bref chaque artisan aime montrer le résultat de son travail, pas ses outils.

L’artiste chilienne Consuelo Walker a choisi de réconcilier ces deux univers, et de détourner l’usage de ces outils pour en faire la matière première des vêtements créés: la robe met alors en valeur les ciseaux, les mètres rubans sont  entrecroisés et deviennent tissu, les épingles à nourrice permettent de réaliser une somptueuse robe dorée, pendant que les épingles à tête ronde forment une écharpe qui semble d’une douceur infinie… même s’il ne s’agit là que d’une illusion.

“Mon travail trouve son origine dans les travaux domestiques. Les travaux d’aiguille, la broderie sont généralement associés au monde féminin. J’ai trouvé de l’intérêt à manipuler ces objets utilisés pour ces différentes techniques. Ces objets ont aujourd’hui un charme nostalgique, même s’ils sont toujours présents dans n’importe quelle boîte à      couture. En travaillant sur leur accumulation, sur le “trop-plein” de ces objets, j’arrive à leur trouver une nouvelle signification. On en oublie leur nature première.

Avant de trouver sa voie dans la réinterprétation de la couture, l’artiste avait suivi un chemin plus classique, avec une formation solide en gravure sur métal, en aquarelle et en sculpture, toutes matières qu’elle a ensuite enseignées.

Des acquis qui lui ont certainement servi pour franchir les étapes qui l’ont menée à cet univers, qui concilie une grande technique associée à un sens de l’esthétique qui se voit dans les objets mêmes, mais également dans leur mise en scène ou dans les prises de vue qui en sont faites.

Car pour magnifier les objets qu’elle invente, Consuelo Walker les met en scène et les photographie avec autant de soin qu’un
photographe de mode avec une robe haute couture.

Finalement, sa démarche s’apparente à celle des artistes du mouvement Support-Surface qui mettaient en valeur, dans les années 70, le châssis, la toile, non plus comme support de l’oeuvre mais comme représentant l’oeuvre elle-même. Elle lorgne aussi du côté d’Arman qui a joué sur le principe d’accumulation des objets pour en renouveler le regard (et insister aussi sur la profusion parfois inepte d’une époque de production intensive).

Le travail de l’artiste est donc à la croisée de plusieurs chemins, permettant à son travail de parler aussi bien aux petites mains des maisons de couture qu’aux théoriciens de l’art contemporain. Une gageure pas si fréquente que cela.

Artmajeur a remis un prix à Consuelo Walker lors de la finale de l’Arte Laguna Prize à l’Arsenal de Venise le 17 mars 2018.   Texte : A.D

VOIR LE TRAVAIL DE CONSUELO WALKER GUZMÁN →

Découvrez son travail ( 5 œuvres )



épingles ciseaux épinglesànourrices sculptures installations

Ajouté le 24 sept. 2019 | Commentaires

ALBERTO SAKA

En tant que Vénitien, Alberto Saka vit évidemment au plus près de l’eau, de ses reflets, de sa lumière. Et c’est finalement ces impressions changeantes qui l’influencent le plus en tant qu’artiste.

L’eau… sa lumière changeante, son courant, ce qu’elle charrie volontairement ou pas…les horizons qu’elle laisse apparaître.

Voilà les sujets de prédilections d’Alberto Saka.

Quand il peint la mer et qu’il laisse apparaître le ciel, aucune Basilique Saint-Marc, aucun Palais des Doges ne viennent caractériser davantage les lieux. C’est la mer, comme il peut la voir à Venise, mais comme un Ecossais ou un Portugais pourraient également la percevoir, un autre jour sur un autre rivage…

Tout est question d’horizontalité, de reflet, de lumière.

La toile flirte clairement avec l’abstraction. On est finalement davantage dans la filiation d’un Mark Rothko avec ses aplats de couleurs, que dans celle des grands vedutistes italiens.

Parfois, des formes rapidement esquissées laissent deviner des embarcations, de la végétation, éventuellement quelques constructions, mais là encore, pas question de définir trop précisément ses formes. 

L’artiste cherche avant tout des sensations, et utilise pour cela au mieux ses outils : les pinceaux, dont les traces sont apparentes, la couleur, avec une palette très variée, qui évoque aussi bien la brume hivernale que la chaleur de plomb estivale. Dans certaines œuvres, il passe du noir et blanc à la couleur, donnant une sensation trouble et équivoque : c’est la vie qui… au choix apparaît ou disparaît au gré de l’état d’esprit du spectateur.

Alberto Saka parvient, avec parfois une très grande économie de moyens, à rendre ainsi compte de l’extrême diversité du milieu aquatique, chez lui ou ailleurs. Car finalement, Venise n’est pas en Italie, Venise c’est chez n’importe qui…  Texte :  A.D  

VOIR LE TRAVAIL D'ALBERTO SAKA →

Découvrez son travail ( 114 œuvres )


img-circle profile_picture

SAKA
Italie


mer lagune venise gondole abstrait bleu eau

Ajouté le 19 sept. 2019 | Commentaires

JIRI HAVLIK

Long-legged women, naked or in swimsuits rub shoulders with horsemen, butterflies and landscapes with clean lines. Simplicity and efficiency are this artist key words !


As a child, Jiri Havlik used to cover every piece of paper he could find with drawings. When the paper ran out, the family apartment walls were his playground. This led him to study gilding restoration at the High School of Uherské Hradiště in Moravia (Czech Republic) before embarking on “the artist life”.


He draws his inspiration from his walks in the countryside or in the unknown cities he visits. Sometimes he even wakes up at night — an idea that crossed his mind- and suddenly he imagines a new creation. To this end, he keeps a notebook beside his bed so that he can make a quick sketch before going back to sleep.



In his work, he does not plan anything in advance. The subject he is going to paint always appears under his hand spontaneously. He is even sometimes very surprised by the result as if he was not really the author. For his creations, he often uses his old drawings and sketches-which were sometimes drawn 5 or 20 years ago ! He particularly likes to mix techniques and materials (pencil, ink, gouache, collages, metal, photography, lino engraving, dry tip...), and if the result does not satisfy him, he does not hesitate to destroy the work he has just made.


 

Since the dawn of time, women have inspired sculpture, painting, theatre and, more recently, cinema. Jiri Havlik, like many other artists before him, is a fervent admirer of women beauty and mystery. This is why it is a favourite theme in his work.



Due to the simplicity, style and purity of the lines,  his paintings and drawings reveal part of woman beauty and hidden mysteries. For the part that's definitely hidden, it's up to you to find out.


VIEW JIRI HAVLIK'S ARTWORKS →


artist interview woman simplicity purity drawing beauty

Ajouté le 19 sept. 2019 | Commentaires

JIRI HAVLIK

Des femmes longilignes, nues ou en maillot de bain côtoient des cavaliers, des papillons et des paysages aux lignes épurées. Simplicité et l’efficacité sont les maîtres mots de cet artiste !

Dès sa plus tendre enfance, Jiri Havlik passait son temps à couvrir de dessins tous les morceaux de papier qu’il pouvait trouver. Lorsque le papier venait à manquer, il passait aux murs de l’appartement familial. C’est ce qui l’amena à étudier la dorure restauration au lycée de Uherské Hradiště en Moravie (République tchèque) avant de se lancer dans “la vie d’artiste”.

Son inspiration il la puise principalement à travers ses promenades à la campagne ou dans les villes inconnues qu’il visite. Il lui arrive même parfois de se réveiller la nuit — une idée lui ayant traversé l’esprit — et imagine une nouvelle création. Il garde à cet effet en permanence à côté de son lit un calepin pour pouvoir faire un croquis rapide avant de se rendormir.

Dans son travail, il ne planifie rien à l’avance. Le sujet qu’il va peindre apparaît toujours sous sa main de façon spontanée. Il est même parfois très surpris du résultat, et dans ces cas-là, monte en lui le sentiment de ne pas vraiment être l’auteur de cette peinture. Pour ses réalisations, il utilise souvent ses anciens dessins et croquis — qui ont parfois été dessinés il y a 5 ou 20 ans ! Il aime particulièrement mélanger les techniques et les matières (crayon, encre, gouache, collages, métal, photographie, lino gravure, pointe sèche…), et si le résultat ne le satisfait pas, il n’hésite pas à détruire l’oeuvre qu’il vient de réaliser.

Depuis la nuit des temps, la femme a inspiré la sculpture, la peinture, le théâtre ou bien encore plus récemment le cinéma. Jiri Havlik comme de nombreux artistes avant lui est un fervent admirateur de la beauté et du mystère de la femme. C’est la raison pour laquelle il s’agit d’un thème récurrent chez lui.

C’est grâce à la simplicité, au style et la pureté des lignes de ses peintures et dessins qu’il nous révèle une partie de la beauté et des mystères cachés de la femme. Pour la partie définitivement occultée, il ne tient qu’à vous de la découvrir.

VOIR LE TRAVAIL DE JIRI HAVLIK→

Découvrez son travail ( 247 œuvres )


img-circle profile_picture

Jiri Havlik
Tchéquie


femme simplicité pureté dessin beauté entretien artiste interview artiste

Ajouté le 11 déc. 2017 | Commentaires (1)

Bienvenue au nouveau magazine d'art régional Artmajeur Occitanie

Artmajeur lance Artmajeur Occitanie !

Le site Artmajeur, place de marché des arts visuels  n°1 en Europe, lance un média régional spécifique, Artmajeur Occitanie, consacré à l’art contemporain et aux artistes des 13 départements de la grande région Occitanie.

 

Artmajeur Occitanie rend compte de l’actualité artistique par différents médias adaptés à la nature de l’information :

  • Un agenda en ligne, mis à jour 24 h sur 24 : https://www.artmajeur.com/fr/agenda
     
  • Des informations en direct, sur le site et sur la page Facebook https://www.facebook.com/ArtmajeurOccitanie/
     
  • Un bimestriel qui permettra de traiter des sujets de fonds, des portraits d’artistes, de proposer un grand entretien avec une personnalité de la scène artistique régionale, et de faire un focus sur les grandes expositions des deux mois à venir en région.

 

Samuel Charmetant, directeur général d’Artmajeur: 

« Le concept d’Artmajeur est de mettre en relation directe les artistes et les collectionneurs. Nous avons déjà créé un magazine il y a deux ans, qui complète l’activité de la plateforme. On a alors constaté que l’accueil était extraordinaire de la part des artistes et des collectionneurs.

Artmajeur Occitanie est donc dans le prolongement de ce concept : renforcer la relation avec les artistes, cette fois-ci en jouant la carte de la proximité ».


Ouverture du site : maintenant. Parution du premier bimestriel:  mi-janvier.

Merci à tous ceux qui ont œuvré pour ce lancement!

Pour ce baptême, offres spéciales pour les annonceurs et abonnements «spécial artiste».

Abonnements Papier + Web :
https://www.artmajeur.com/occitanie

Contacter nous pour toute question sur votre abonnement: 
support[@]artmajeur.com

 

facebook artmajeur occitanieRetrouvez nous sur le Facebook du magazine !
http://www.facebook.com/ArtmajeurOccitanie

 

 

 

 

artmajeur-occitanie-magazine.jpg Bienvenue au nouveau magazine d'art régional Artmajeur Occitanie

 

artmajeur-occitanie-1.jpg Bienvenue au nouveau magazine d'art régional Artmajeur Occitanie

 

cover-fb-occitanie.jpg Bienvenue au nouveau magazine d'art régional Artmajeur Occitanie

Nouveau magazine d'art Artmajeur Occitanie