Daniele Sanchez Dsz


Suivre
Peinture, Dessin ... 117 Abonnés Membre depuis 2009
MONTPELLIER, France

Retour à la liste Ajouté le 25 sept. 2018


TAFUST ou MAIN DE FATMA

La Tafust , aussi parfois appelée Main de Fatma ou Main de Fatima, est un symbole utilisé comme amulette, talisman et bijou par les habitants d'Afrique du Nord pour se protéger contre le mauvais œil.

On peut la comparer à d'autres symboles porte-bonheur comme La patte de lapin, Le trèfle à quatre feuilles,  Le fer à cheval.
La main de Fatma représente un symbole spirituel, symbole d'espoir, ceci appartenant en propre à la personne qui le porte.
La signification à ce sujet, n’est pas plus précise.


Que représente la Main de Fatma ?

Son aspect : tout d’abord cinq doigts (d’où son nom de Khomsa ), dont deux pouces.
Assurément, il s’agit d’une main humaine, car elle comporte bien cinq doigts. Mais le fait d’une main avec deux pouces peut sembler étrange. Il s’agirait en fait de deux mains superposées dos à dos, ou de la trace d’une seule main, tour à tour posée de face, puis de dos. Dans les deux cas, et quelles que soient les cultures, cette gestuelle des mains inspire un geste d’invocation, une main sur l'autre, les pouces restant mobiles.

Origines culturelles et géographiques
Ce symbole est souvent associé à la déesse Tanit, Déesse berbère et phénicienne.
Culturellement, La Main de Fatima est revendiquée tant par les Juif(ve)s, que par les Musulman(e)s, et par les Hindous dans une moindre mesure.

Connaissez-vous son histoire ?

La Main de Fatima fait ses premières apparitions au Nord de l’Afrique. On en trouve également des traces en Inde et au Pakistan. Ceci peut s'expliquer par les liens étroits et les échanges intenses qui eurent lieu dans le passé, entre le monde Arabe et le monde de l’Inde.
Ceci laisserait donc à penser que la Main de Fatima est formellement antérieure à l’Islam, ce dernier point étant avéré. Certains pays Arabes, comme l’Arabie Saoudite, ne connaissent pas la main de Fatima. Il est donc faux de l’associer directement au monde Arabe, bien qu’une grande partie du monde Arabe la connaisse.

Appellation française 

Main de Fatma et Main de Fatima, termes typiquement français, n’ont pas d’expression équivalente en Arabe  Plus précisément, Fatma est une variante de Fatima, qui nous vient de l’époque colonialiste européenne. Les colons européens, dont l’oreille n’étaient pas accoutumée à la subtile alternance de voyelles brèves et de voyelles longues, qui caractérise cette langue rythmique qu’est l’Arabe, ont tout simplement éludé la kasra du nom ( le son « i » ), et prononçaient Fatima comme Fatma. Pour cette raison, la Main de Fatima à également reçu le nom de Main de Fatma. Ces deux noms sont dans le fond, identiques.

Est-ce un symbole religieux ?
Assurément non, la Main de Fatima n’a aucune signification religieuse. Et bien au contraire, certain(e)s Musulman(e)s « très pieux(ses) », la considèrent même comme contraire à l’Islam, et y voit le shirk, شرك : l’idolâtrie, c’est-à-dire une adoration païenne. Cependant, la plupart des Musulman(e)s ne vont pas jusque là, acceptent volontiers les significations symboliques, sans se soucier d’un quelconque motif de contre-indication religieuse à la porter.

Calligraphie : On voit certaines Mains de Fatima ornementées d’une courte calligraphie Arabe… généralement un prénom (qualificatif) d’Allah. Mais ceci est rare, et c’est un trait typiquement Musulman(e)s. Or, comme dit précédemment, personne à ce jour ne peut seul et en propre revendiquer la Main de Fatima. Il n’est donc pas légitimement permis d’interpréter la Main de Fatima d’après cette seule variante, spécifique à une seule culture.
Œil et mauvais Œil : L'œil central, au niveau de la paume, qui n’est pas toujours représenté, mais qui est fréquent, est reconnu par les Arabes, les Juif(ve)s et les Musulman(e)s, comme étant le symbole de la protection contre « le mauvais œil ».
Le mauvais œil, pourra être diversement apprécié selon les cultures. Il est, pour simplifier, un mauvais coup du destin, provoqué ou non par un esprit malin, selon les cultures et les affinités personnelles.
Poisson : (*) Les Juifs ne la considèrent pas comme ayant des attaches islamiques autres, que le nom partagé avec la langue arabe. Parmi les juifs, le poisson est considéré comme un symbole de chance, c'est pourquoi beaucoup de khamsas y sont complétées par des figures de poissons. Les khamsas sont également incorporées dans des plaques murales, des trousseaux et des colliers. Parfois, elles portent une inscription de prières juives comme la Chema Israël, la Birkat habayit (bénédiction du foyer) ou la Tefilat haderekh (prière du voyage).


Aspect islamique

Le wahhabisme ne reconnaît pas l'utilisation de la khamsa ni, a fortiori, la protection qui en découlerait. 

Selon le Coran, Allah seul protège les croyants et c'est à lui que toute personne doit demander de l'aide : le faire par le moyen de la khamsa relèverait d'une forme de polythéisme car le risque serait de croire que la khamsa apporte par elle-même une protection, ce qui reviendrait à la diviniser. À noter que le wahhabisme est une branche controversée et que beaucoup de musulmans sunnites et chiites sont en désaccord avec le mouvement wahhabite, notamment sur ce sujet en particulier .

En revanche, contrairement au wahhabisme, le chiisme reconnaît une place à un signe qui réfère à Dieu. Les doigts de la khamsa y sont fréquemment gravés des cinq noms très respectés : Mahomet, Ali, Fatima, Hassan et Hussein. Louis Massignon (in Écrits mémorables I, Bouquins, Laffont, 2009, p. 249) explique que, pour certains groupes minoritaires, appartenant au chiisme ou même à certains groupes soufis sunnites, cette main serait un rappel du nombre des prières à pratiquer quotidiennement, chacune de ces prières étant plus ou moins liée à l'un de ces cinq noms fondateurs.

Israël : des cinq doigts aux cinq livres de la Torah pour les Juifs, Khamsa sur un mur portant l'inscription behatzlacha, littéralement « bonne chance » ou « puisses-tu réussir » La khamsa est populaire en Israël auprès des Juifs comme des Musulmans. (voir poisson *)Les Juifs ne la considèrent pas comme ayant des attaches islamiques autres, que le nom partagé avec la langue arabe.
 Extrait de Présentation de la khamsa Mohand Akli Haddadou, Dictionnaire des racines berbères communes

Une signification ramenant à l’alphabet et à l’écriture
Une autre interprétation peut être faite : basée sur les nombres
 Le nombre de cinq, serait le nombre de cinq commandements importants. Mais là encore, il conviendra le détacher ce nombre d’une religion en particulier, car plusieurs religions revendiquent un nombre de commandements multiple de cinq. Revenons au nombre de doigt. Cinq doigts pour une main, mais deux pouces, et donc deux mains. Pourtant, s’il s’agit de deux mains superposées, deux mains faisant quatre doigts et un pouce chacune, il manque un doigt à cette image. Ceci est dû à un compromis :  représenter à la fois, une main, et deux mains superposées. Car pour l’image de deux mains superposées, devraient apparaître quatre doigts au milieu, et un pouce de chaque coté. Le fait qu’il y ait cinq doigts, représente une main, et le fait qu’il y ait deux pouces, représente deux mains. Le compromis se trouve là, dans le respect de ces deux caractéristiques simultanées.
Il y a donc bien deux mains. Si vous comptez les phalanges sur une de vos mains, vous en trouverez 14  ( n’oubliez pas de comptez les phalanges à la base des doigts, tout comme celle à la base du pouce également ). Multiplié par deux, cela nous donne 28. Il se trouve que l’alphabet Arabe compte 28 lettres, et que l’alphabet Hébreu et l’alphabet Arabe ont la même origine ( origine partagée par d’autres langues également ).
Dans l’alphabet Arabe, il existe deux groupes de lettres : les lettres solaires, et les lettres lunaires.
 Il se trouve qu’en Arabe, le mot désignant le nord et la gauche ont la même racine :  il existe plusieurs mots signifiant la gauche, et l’un de ces mots est chamal, شَمَل. De la même racine que celle de ce mot, on tire également le mot nord, qui se dit chimal, شِمَل.
Le sud se dit djanoub en Arabe, جَنوب, tandis que djanb, جَنْب signifie « à coté de »,… ce « à coté de » étant plus directement associé au coté droit ( dans la quasi-totalité des sociétés humaines, le coté droit est associé au meilleur coté… mais ce n’est bien sûr qu’un symbole, ne pouvant justifier aucun dénigrement envers les gauchers et les gauchères ).
Nous voici donc avec 14 phalanges, à droite, ou encore au sud, du coté du jour, et 14 phalanges à gauche, ou encore au nord, du coté de la nuit. Dans la culture arabe, le nord est en effet associé à la nuit, et le sud associé au jour… le mot midi se dit djanoub, tout comme le mot sud. La relation entre les 14 lettres solaires et les 14 lettres lunaires est maintenant évidente. La troisième est dernière signification la moins contestable de la Main de Fatima, la ramène donc à l’alphabet et à l’écriture. Rappelons, si encore cela est vraiment nécessaire, que la main est l’instrument traditionnel et privilégié de l’écriture ( même l’informatisation ne le dément pas ).
Comment interpréter la Main de Fatima aujourd’hui ?
Toutes les explications précédemment données sont subtiles, et on peut douter que les personnes qui portent la Main de Fatima se posent tant de questions. Et de plus, ces significations ont des origines anciennes, et les origines n’expliquent pas toujours tout du présent d’une chose.

 Il faudrait maintenant se pencher sur la perception populaire et contemporaine de la Main de Fatima. au sein des pays « laïques », dont la France est un exemple, et où nous sommes parfois, par ignorance,  portés à voir du religieux là où il n’y en a pas .
Certaines idées circulent selon lesquelles les Musulman(e)s ne devraient pas porter la Main de Fatima, au prétexte qu’elle serait du shirk ( idolâtrie païenne ).
Elle n’a rien de religieux, certes, mais elle n’a rien d’antireligieux non-plus.
Si les trois religions monothéistes ont tenté d’interdire certains rites et certains objets, c’est pour tout ce que ces objets portaient potentiellement de sombre, à leurs yeux . Et la main de Fatima ne porte rien de sombre, et ne mérite à aucun titre d’être interdite par ordonnance religieuse.
La Main de Fatima ne doit pas être interprétée comme un talisman au sens profond du terme. Les gens qui portent des talismans nourrissent une autre attitude, et les portent avec un sentiment d’inquiétude. Car lorsque l’on porte quelque chose pour conjurer le mauvais sort, c’est l’âme elle-même qui est habitée par la peur et l’inquiétude. Et au contraire, les gens qui portent une Main de Fatima le font avec bonheur, comme s’ils ou elles portaient une chose belle et agréable.
La Main de Fatima est comme un geste de la main…. justement ! Un signe de bon augure, comme une belle chose. C’est aussi pour la personne qui la porte, une façon de marquer d’une jolie manière, ses origines Maghrébines, ou ses amitiés avec les populations Maghrébines : la Main de Fatima est aussi un symbole du bilad ( بلد, le pays : bilad est un mot qui signifie « pays » ou « terre d’origine » en Arabe ). Pour comprendre ce qu’elle représente de nos jours, il faut être réceptif(ve), à ce que communique celui ou celle qui la porte, aux bonnes choses simples que l’on ressent alors.
                                                                                                                                       textes réunis par Danièle Sanchez - 13 mai 17

 

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire ! Connexion

Soyez le premier à poster un commentaire !