Back to top
Mosseau Edouard

Edouard Mosseau
ca Canada

Biographie

Édouard Mosseau, artiste photographe, est natif de la région de Montréal. Dans les années 90, il adopte la région de Québec, pour finalement s’enraciner quelques années plus tard sur l’autre rive, à Lévis. Libre-penseur, humaniste et artiste intuitif, il enrichit son parcours autodidacte par des études en infographie et en arts visuels.

Séparé très jeune de ses parents, Mosseau a vécu une enfance marquée par l’abandon et la solitude. Tout au long de sa vie, des personnes lui ont tendu leurs mains. Il leur voue un profond respect et une immense gratitude. Peut-être est-ce cette famille suppléante qui lui aura fait découvrir une fascination pour cette recherche du beau et de l’esthétique. Ou encore, ses racines amérindiennes, qui ne lui furent révélées qu’à l’âge adulte, qui lui ont servi de catalyseur et ont confirmé cet appel de la nature et du nord, lieux de recherche qu’il a privilégiés au cours de sa carrière.

La nature, les arts plastiques et les beaux livres seront ses fidèles compagnons durant sa jeunesse. Plus jamais il ne se sentira seul. Dès lors, une quête s’amorce. Un espace nait en lui et l’amène à la création, une voie dont il est le seul maître à bord. D’abord par le dessin, il interprètera ce qu’il perçoit et l’anime par le biais d’une expression figurative singulière. Ces divers exutoires lui permettront de transcender par la création l’épreuve ultime que la vie lui impose, soit celle ne n’avoir pu connaitre sa mère et son père naturel. Cette expérience de jeunesse sera le fondement de l’artiste qu’il deviendra.

À l’âge de 15 ans, il découvre les immenses possibilités de la photographie grâce à l’acquisition de son premier appareil réflex. C’est le début d’une grande aventure : ce médium deviendra au fil du temps son principal moyen d’expression. C’est grâce à la photographie qu’il développera son style, en posant un regard unique sur les paysages qu’il découvre, en usant de cadrages et de compositions qui n’appartiennent qu’à lui et ont fait sa signature. De cette période naîtra son premier corpus d’œuvre intitulé « Les splendeurs de la Bucolie »



Articles

COLLECTION PUBLIC

• Politique d’acquisition d’œuvres d’art de la ville de Lévis, Québec 2015
Œuvre photographique « Le paquebot de l’utopie I » 1/4


AUTHENTICITÉ-EXCLUSIVITÉ et LES DROITS D'AUTEUR

TOUTES LES OEUVRES PHOTOGRAPHIQUES SONT REPRODUITES EN ÉDITION LIMITÉE NUMÉROTÉES.
L'ARTISTE PRIVILÉGIE LE PROCÉDÉ GICLÉES SUR TOILE* D'ARTISTE 100% COTON. ENCRES ÉCOLOGIQUES CERTIFIÉES. .

*Les impressions giclées représentent aujourd'hui le summum de l'impression au jet d'encre grand format et de l'impression en général. Les giclées, contrairement aux simples impressions jet d'encre, se doivent d'atteindre ou même de dépasser les normes muséologiques d'archivabilité et de précision. Le domaine des arts graphiques et plus précisément, de la reproduction d'art, est sans pitié à cet égard. Pour ce faire, les giclées se doivent de faire appel à des matériaux à PH neutre, sans OBA, et des encres à large spectre, pigmentées, à base d'eau. C'est ainsi qu'elles atteignent une espérance de vie dépassant les 100 ans, des couleurs vibrantes, et une exactitude des teintes qui conféreront aux souvenirs inoubliables, aux paysages grandioses et aux œuvres émouvantes des décennies de plaisir à leurs propriétaires.

L'entreprise dont faire affaire l'artiste pousse encore plus loin la perfection en offrant le vernis protecteur. Celui-ci, en plus d'offrir une protection contre les éléments, aide à la reproduction des couleurs saturées, en diminuant la diffusion lumineuse. Résultat : des images spectaculaires, résistantes, et abordables...

Le montage de ses giclées sont sur faux-cadres en bois de tilleul. Deux options sont disponibles: faux-cadre 3/4" ou 1 3/4" de profondeur. A confirmer lors de l'achat.

AUTHENTICITÉ
UN CERTIFICAT D'AUTHENTICITÉ accompagne chaque oeuvre.
Un registre est tenu par l'artiste contenant toutes les informations pertinentes des oeuvres en édition limitée et de leur acquisition.

DROITS D'AUTEUR
Les oeuvres photographiques que vous retrouvez dans les différentes galeries de ce site sont la propriété
exclusive d'Édouard Mosseau, artiste photographe. Il est strictement interdit de les reproduire,
dans sa forme ou son contenu, totalement ou partiellement.

Droits d'auteur
Les droits d'auteur des oeuvres incluant les textes et les droits de reproduction,
appartiennent exclusivement aux artistes. C'est illégal de les imprimer, reproduire,
sauvegarder dans n'importe quel système d'enregistrement, d'entreposage et de
distribution de données qui sont distribuées, plagiées, copiées, disposées ou exposées,
transmises ou utilisées en partie ou en entier par n'importe quels moyens électroniques,
mécaniques, photocopies, enregistrements ou autres moyens encore ignorés ou dont
l'invention est à venir sans avoir au préalable le consentement spécifique par écrit
de l'artiste.

Copyright
The copyright for these artworks and texts resides with the artists. It isillegal for these
images to be reprinted, reproduced, stored in any information storage and retrieval system,
circulated, plagiarized, copied, distributed, displayed, transmitted or utilized in any way
in whole or in part or by any means, electronic, mechanical, photocopying, recording or
other means now known or hereafter invented without the specific written permission
of the artist.

EXPOSITIONS COLLECTIVES - PRIX et MENTIONS

Expositions collectives – Prix et Mentions

• Concours d’œuvres d’art Desjardins Régional de Chaudière-Appalaches 2014
Galerie du Musée Marius-Barbeau, Saint-Joseph-de-Beauce, Québec
Mention pour l’œuvre: L’Audace est-elle entre toutes les femmes I

• Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis 2012
Galerie Louise Carrier, Lévis, Québec
Premier prix

• Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis 2010 et 2011
Galerie Louise Carrier, Lévis, Québec
Deuxième prix

• Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis 2009
Galerie Louise Carrier, Lévis, Québec
Troisième prix

• Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis 2007 et 2008
Galerie Louise Carrier, Lévis, Québec
Finaliste

EXPOSITIONS SOLO

Expositions solo

• Rencontres 2016
Galerie Louise-Carrier, Lévis, Québec

• Révélation de l’Antre-Monde et Splendeur de la Bucolie 2011
Bibliothèque Étienne-Parent,
Galerie Jean-Paul Lemieux, Beauport, Québec

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Sa recherche formelle est guidée par le regard inusité, aiguisé et attentif qu’il porte sur l’environnement et les divers éléments de la vie et du quotidien qui l’entoure. Ses sujets passent de la cité aux forêts, des montagnes aux rivages marins. Ces derniers le conduiront aux nombreux quais que recèle le St-Laurent. Son horloge pour ses prises de vues : le rythme des saisons, le mouvement des marées, l’aube, le zénith, le crépuscule, entre-chien et loup, les lunaisons, tous des moments propices à son expression.

En tant que photographe, il porte un regard attentionné, il explore la surface, la texture, les formes, les ombres et lumières, passant du figuratif vers les jeux plus subtils que lui offre l’abstraction. Cette recherche formelle l’amènera à nommer ces abstractions assumées comme une « Révélation de l’Antre-monde ». L’exploration photographique a toujours passé pour lui par le même processus, qu’il s’agisse d’un procédé argentique ou numérique. Prendre le temps, saisir l’esprit du lieu, pour ensuite appuyer sur le déclencheur en étant sensible au moment présent, à ce que les lieux livrent à son imaginaire, à l’énergie déployée par ce qu’il perçoit.

Mosseau n’utilise les logiciels de traitement d’image qu’avec parcimonie. Les transformations sont minimales, le réel travail de création se déroulant à la prise de vue. Sa démarche a pour but de transcender la matière afin d’y révéler différents niveaux de lecture. De ses images jaillissent une impression de force et d’énergie qu’il nomme « L’esprit de la matière ». La matière inerte prend vie sous le regard qu’il nous propose.

Ses recherches le mènent vers un symbolisme qui a pour propos de révéler l’âme humaine dans ce qu’elle a de plus secret. Il y explore une parcelle de l’Univers, ce qu’Hubert Reeves a si bien nommé par poussière d’étoile.

La matière, sous son regard, se laisse toucher, imprégner, submerger, caresser ou fractionner pour advenir, ou encore devenir, matière achevée. Et pour en révéler l’essence et la saveur, le vent, l’eau, la chaleur, le froid, la nuit, la marée, les saisons, les lunaisons, les années, les siècles et les millénaires seront conviés.

Mais au fait, cette matière, est-elle vraiment inerte ? Symboliquement, c’est peut-être le pourtour de ces mille et un visages, ces mille et une personnalités de son père et sa mère, de ses ancêtres, voire de NOS ancêtres immémoriaux qu’il révèle ainsi.