161,72 $US

Patrick Jannin

Mater Dolorosa (dirty love song) (2021)

Type d'œuvre
Dimensions
7,9x7,9 in
Support ou surface
Papier
Encadrement
Non
Masques et photographies par Patrick Jannin. Avec Anna D'Annunzio DIRTY LOVE SONG D'autres formats sont disponibles à la vente !!! Les tarifs pratiqués pour les photographies se font selon les formats. Chaque tirage est signé et numéroté (8 exemplaires par format)et tiré sur papier Fine Art Baryté Hahnemühle...
Masques et photographies par Patrick Jannin.
Avec Anna D'Annunzio

DIRTY LOVE SONG

D'autres formats sont disponibles à la vente !!!
Les tarifs pratiqués pour les photographies se font selon les formats. Chaque tirage est signé et numéroté (8 exemplaires par format)et tiré sur papier Fine Art Baryté Hahnemühle 315 gr.
The prices for the photographies depend of their size. Each photography is signed & numbered (8 printings by size) & printed on Fine Art Baryté Hahnemühle 315 gr paper.
Exemples de tarification / examples of tarification :

- 15x15 cm : 100 euros
- 16x24 cm : 120 euros
- 20x20 cm :120 euros
- 20x30 cm : 200 euros
- 30x30 cm : 250 euros
- 30x45 cm : 310 euros, ...

Thèmes connexes

Amour MonstreDouleurKissKiss Of DeathDirty Love Song

Patrick Jannin
Suivre
Patrick Jannin, né en 1971, nous livre, au travers d’une œuvre abondante et protéiforme, une vision du monde des plus dérangeantes, ou pour reprendre l’expression freudienne, d’une inquiétante étrangeté. Cet...

Patrick Jannin, né en 1971, nous livre, au travers d’une œuvre abondante et protéiforme, une vision du monde des plus dérangeantes, ou pour reprendre l’expression freudienne, d’une inquiétante étrangeté. Cet adorateur de la beauté a au fil des ans construit un monde à part, en marge des modes et des courants artistiques, dans lequel l’homme, déchu et condamné depuis la nuit des temps à l’enfer perpétuel, côtoie – comme pour faire plus ressentir, si besoin était, sa laideur et sa bassesse – des créatures à la beauté saisissante, femmes à têtes d’animaux ou animaux à corps de rêve, déesses tout droit venues des mythes anciens, qu’on a dit barbares puis condamnés afin d’installer dans la tête des hommes un symbole de mort et de vide existentiel, un dieu vengeur, le dieu menteur. Quant à la vérité, chez ce peintre, elle se trouve, tout simplement, pour qui sait seulement ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure, sur la branche de l’arbre ou sous les taillis d’une forêt équatoriale, sous la forme du Cerf ou du Rouge-gorge, de la Hyène ou du Zèbre. Autant d’animaux-symboles, autant de totems jalonnant l’existence de celui qui aspire à aller plus haut, plus loin et plus profond, et tous porteurs d’une même énergie, tous beaux et lumineux, même dans leur noirceur et dans leur cruauté, car ainsi que les a fait la Nature. Alors oui, ainsi peut-on voir l’univers de Jannin : un monde à trois entrées, où chaque médium (dessin, photographie et peinture) apporte avec lui ses propres questionnements mais aussi au final LA réponse : la beauté. La beauté comme quête, la beauté comme un rempart contre la bêtise inhérente aux hommes, la beauté comme source de lumière, nécessaire à la vie elle-même.

Voir plus de Patrick Jannin

11,8x7,9 in
254,13 $US
11,7x8,3 in
448,2 $US
Pas à Vendre
9,8x11,8 in
609,34 $US

Artmajeur

Recevez notre lettre d'information pour les amateurs d'art et les collectionneurs