Philippe Viejo


Arts numériques, Peinture 9 Abonnés Membre depuis 2014

Actualités de l'artiste Philippe Viejo

Ajouté le 11 juil. 2014
Lien permanent | Commentaires

Philippe Viejo, un incorrigible bourlingueur

Philippe Viejo se destinait à être un artiste vivant de sa peinture ou un incorrigible bourlingueur. Il réside finalement depuis de nombreuses années à Montauban (Tarn-et-Garonne), où il est marié, père de famille et conseiller en communication.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, celui-ci n’a remisé aucun de ses rêves.

Homme de voyages, Philippe Viejo a découvert, alors qu’il n’avait qu’une dizaine d’années, les quatre coins du monde à bord d’un bateau familial, le Beluga, construit par son père. Un premier voyage marqué par les mouvements chaotiques de la mer et par les couleurs saturées des pays lointains. De ce périple, il a conservé le goût de l’aventure qu’il partage aujourd’hui avec sa femme et ses enfants : traversée des Etats-Unis en voiture, camping-car sauvage en Europe de l’Est, plongée sous-marine dans des îles lointaines. Une activité qu’il a pratiquée pendant plus de quinze ans en Martinique où il avait choisi de débuter sa carrière professionnelle.

Entre-temps, déjà, la peinture avait fait irruption dans sa vie. Très tôt, ses professeurs avaient décelé son talent pour l’inciter à s’inscrire à l’Ecole Nationale d’Arts Plastiques de Montauban. Le jeune homme y affine sa connaissance des différentes techniques. A 20 ans, il réalise sa première exposition à Moissac. Une vingtaine de toiles figuratives sont exposées. Elles sont toutes vendues et il décroche le Prix Ingres. D’autres prix régionaux et nationaux suivront.

Lorsqu’il pose ses valises en Martinique après d’autres séjours, la peinture fait toujours partie de sa vie. Il y expose à plusieurs reprises et connaît un grand succès. C’est pourtant son activité de conseiller en communication qui le fait vivre et qui l’oblige à faire un choix. Il choisira Beluga, son entreprise.

S’il délaisse peu à peu les pinceaux, il n’oublie pas la peinture. Mieux, pendant vingt ans, il la nourrit de sa nouvelle vie. Et quand il reprend place devant le chevalet, c’est pour retracer ce long voyage intérieur. Peinture mûre et aboutie, le figuratif peu à peu s’efface au profit d’une représentation personnelle du monde incarnée par la matière, le mouvement et la couleur. Libéré des contraintes créatives de son travail, il peut remonter à la source de sa propre existence.

Peintures du voyage, voyages de la peinture, ses tableaux racontent à la fois le monde du dehors et du dedans. Celui que l’artiste a vu. Celui qui l’a fait homme. Pour lui, la terre, c’est la mer. Une mer ô combien maternelle qui raconte aussi bien la naissance de l’univers que son usure.

Une œuvre contemplative qui décrit la beauté du monde et la richesse de ses arcanes. Et qui pousse le spectateur à s’interroger sur son propre parcours. Car, pour proposer une telle vision du monde, il faut avoir vraiment vécu. Mieux, il faut avoir bien choisi sa vie.

Sébastien Maurès


Ajouté le 11 juil. 2014
Lien permanent | Commentaires

Philippe Viejo

Philippe Viejo se destinait à être un artiste vivant de sa peinture ou un incorrigible bourlingueur. Il réside finalement depuis de nombreuses années à Montauban (Tarn-et-Garonne), où il est marié, père de famille et conseiller en communication.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, celui-ci n’a remisé aucun de ses rêves.

Homme de voyages, Philippe Viejo a découvert, alors qu’il n’avait qu’une dizaine d’années, les quatre coins du monde à bord d’un bateau familial, le Beluga, construit par son père. Un premier voyage marqué par les mouvements chaotiques de la mer et par les couleurs saturées des pays lointains. De ce périple, il a conservé le goût de l’aventure qu’il partage aujourd’hui avec sa femme et ses enfants : traversée des Etats-Unis en voiture, camping-car sauvage en Europe de l’Est, plongée sous-marine dans des îles lointaines. Une activité qu’il a pratiquée pendant plus de quinze ans en Martinique où il avait choisi de débuter sa carrière professionnelle.

Entre-temps, déjà, la peinture avait fait irruption dans sa vie. Très tôt, ses professeurs avaient décelé son talent pour l’inciter à s’inscrire à l’Ecole Nationale d’Arts Plastiques de Montauban. Le jeune homme y affine sa connaissance des différentes techniques. A 20 ans, il réalise sa première exposition à Moissac. Une vingtaine de toiles figuratives sont exposées. Elles sont toutes vendues et il décroche le Prix Ingres. D’autres prix régionaux et nationaux suivront.

Lorsqu’il pose ses valises en Martinique après d’autres séjours, la peinture fait toujours partie de sa vie. Il y expose à plusieurs reprises et connaît un grand succès. C’est pourtant son activité de conseiller en communication qui le fait vivre et qui l’oblige à faire un choix. Il choisira Beluga, son entreprise.

S’il délaisse peu à peu les pinceaux, il n’oublie pas la peinture. Mieux, pendant vingt ans, il la nourrit de sa nouvelle vie. Et quand il reprend place devant le chevalet, c’est pour retracer ce long voyage intérieur. Peinture mûre et aboutie, le figuratif peu à peu s’efface au profit d’une représentation personnelle du monde incarnée par la matière, le mouvement et la couleur. Libéré des contraintes créatives de son travail, il peut remonter à la source de sa propre existence.

Peintures du voyage, voyages de la peinture, ses tableaux racontent à la fois le monde du dehors et du dedans. Celui que l’artiste a vu. Celui qui l’a fait homme. Pour lui, la terre, c’est la mer. Une mer ô combien maternelle qui raconte aussi bien la naissance de l’univers que son usure.

Une œuvre contemplative qui décrit la beauté du monde et la richesse de ses arcanes. Et qui pousse le spectateur à s’interroger sur son propre parcours. Car, pour proposer une telle vision du monde, il faut avoir vraiment vécu. Mieux, il faut avoir bien choisi sa vie.

Sébastien Maurès


Ajouté le 2 mai 2014
Lien permanent | Commentaires

Un incorrigible bourlingueur

Philippe Viejo se destinait à être un artiste vivant de sa peinture ou un incorrigible bourlingueur. Il réside finalement depuis de nombreuses années à Montauban (Tarn-et-Garonne), où il est marié, père de famille et conseiller en communication.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, celui-ci n’a remisé aucun de ses rêves.

Homme de voyages, Philippe Viejo a découvert, alors qu’il n’avait qu’une dizaine d’années, les quatre coins du monde à bord d’un bateau familial, le Beluga, construit par son père. Un premier voyage marqué par les mouvements chaotiques de la mer et par les couleurs saturées des pays lointains. De ce périple, il a conservé le goût de l’aventure qu’il partage aujourd’hui avec sa femme et ses enfants : traversée des Etats-Unis en voiture, camping-car sauvage en Europe de l’Est, plongée sous-marine dans des îles lointaines. Une activité qu’il a pratiquée pendant plus de quinze ans en Martinique où il avait choisi de débuter sa carrière professionnelle.

Entre-temps, déjà, la peinture avait fait irruption dans sa vie. Très tôt, ses professeurs avaient décelé son talent pour l’inciter à s’inscrire à l’Ecole Nationale d’Arts Plastiques de Montauban. Le jeune homme y affine sa connaissance des différentes techniques. A 20 ans, il réalise sa première exposition à Moissac. Une vingtaine de toiles figuratives sont exposées. Elles sont toutes vendues et il décroche le Prix Ingres. D’autres prix régionaux et nationaux suivront.

Lorsqu’il pose ses valises en Martinique après d’autres séjours, la peinture fait toujours partie de sa vie. Il y expose à plusieurs reprises et connaît un grand succès. C’est pourtant son activité de conseiller en communication qui le fait vivre et qui l’oblige à faire un choix. Il choisira Beluga, son entreprise.

S’il délaisse peu à peu les pinceaux, il n’oublie pas la peinture. Mieux, pendant vingt ans, il la nourrit de sa nouvelle vie. Et quand il reprend place devant le chevalet, c’est pour retracer ce long voyage intérieur. Peinture mûre et aboutie, le figuratif peu à peu s’efface au profit d’une représentation personnelle du monde incarnée par la matière, le mouvement et la couleur. Libéré des contraintes créatives de son travail, il peut remonter à la source de sa propre existence.

Peintures du voyage, voyages de la peinture, ses tableaux racontent à la fois le monde du dehors et du dedans. Celui que l’artiste a vu. Celui qui l’a fait homme. Pour lui, la terre, c’est la mer. Une mer ô combien maternelle qui raconte aussi bien la naissance de l’univers que son usure.

Une œuvre contemplative qui décrit la beauté du monde et la richesse de ses arcanes. Et qui pousse le spectateur à s’interroger sur son propre parcours. Car, pour proposer une telle vision du monde, il faut avoir vraiment vécu. Mieux, il faut avoir bien choisi sa vie.
Sébastien Maurès

Activité récente


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Confusion matinale
(Peinture, 24x19,7x3,9 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Cupidon et Psyché
(Peinture, 51,2x38,2x3,9 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Poupée de cire
(Peinture, 39,4x31,9x0,8 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Buenos Aires
(Arts numériques, 43,3x23,6x0,2 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Zapata Magenta
(Arts numériques, 15,8x15,8x0,2 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Zapata Cyan
(Arts numériques, 15,8x15,8x0,2 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a chargé une nouvelle œuvre d'art

Zapata Jaune
(Arts numériques, 15,8x15,8x0,2 in)


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Montserrat !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Isabelle Cussat (Artassuc) !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Janet Daldy !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo suit maintenant Janet Daldy !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a posté un nouveau commentaire
Peinture intitulée "Sur la route de Mad…" par Eveline Ghironi (khava), Œuvre d'art originale, Huile
Sur la route de Madisson - Peinture, 7,1x9,5 in ©2013 par Eveline Ghironi (khava) - laque, émail, froid, carton, toile, couteau, carton toilé

Une piste est ouverte et l'esprit fait le reste, j'aime beaucoup.


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Eduarda Almeida !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a posté un nouveau commentaire

Bravo pour vos magnifiques oeuvres !


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo a posté un nouveau commentaire

Merci infiniment !


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par K Roll !

K Roll Portrait K Roll a posté un nouveau commentaire

j'adore tout simplement...excellent contact avec tous vos tableaux...c'est un réel plaisir pour mes yeux....Félicitations


Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Stephanie Gualandi !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par David Vincent Pasquier !

Philippe Viejo Portrait Philippe Viejo est maintenant suivi par Nephidell !