Isabelle Liger


Suivre
Peinture 10 Abonnés Membre depuis 2008
Poisy, France

Activité sur Artmajeur

15 799 | Vues
6 | Ajoutées aux collections
10 | Abonnés
12 | Avis

Contactez l'artiste

Message Poisy, France

Membre depuis 24 mars 2008
Dernière mise à jour: 7 sept. 2017

Signaler

Présentation & Biographie

Enfant, elle avait toujours un crayon à la main.

A 10 ans, elle reçoit son premier chevalet et une boite de peinture. Une vocation est née. Elle exclut néanmoins la tentation des beaux-arts – trop académiques à son goût- et choisit de faire de la création son modus vivendi.

Isabelle trouve dans son art un moyen d’exprimer ses émotions, ses douleurs comme ses joies. La peinture est une forme de thérapie où elle engloutit les maux de vivre qui la taraudent parfois. Ses tableaux cumulent alors les couches et se transforment au rythme de ses humeurs fantasques.
Il ne faut pas en conclure que ces œuvres sont noires; elles s’enrichissent au contraire d’un assemblage de couleurs ensoleillées.

Isabelle rejette le côté conventionnel de la peinture et choisit volontiers de travailler avec des éléments de récupération, d’objets trouvés dans la nature qui constituent souvent l’essence de son inspiration.

Un tableau est composé d’une infinie collection de choses, papiers, cartons, cailloux, plâtre, vernis à ongles, cire, multiples couches d’acrylique, de pastels qui donnent naissance
aux œuvres abstraites de cette artiste spontanée qui ne se prend pas au sérieux. A l’encontre des conformistes, elle n’hésite pas à mixer les techniques parfois improbables, elle aime
prendre des risques. Rien n’est jamais complètement figé ou trop méthodique mais tout doit néanmoins répondre à certaine harmonie picturale pour que son art arrive à maturation.
A l‘image de Braque qui déclarait : « j’aime l’émotion qui corrige la règle et j’aime la règle qui corrige l’émotion».

L’académisme n’est pas sa tasse de thé ; elle aime sortir du rang et sans cesse renouveler l’expérience de son art. Peindre les yeux bandés et découvrir ce que son âme a su dicter
à sa main n‘est pas pour lui déplaire. Laisser la musique l’envahir et partir sur de grandes envolées lyriques au son d’un air d’opéra donne à son travail toute sa liberté.

Son grand plaisir : peindre en communauté. « J’aime me nourrir des autres ».

Son plus grand plaisir : peindre avec Rose, sa fille de 11 ans, qui s’inscrit dans la droite ligne artistique de son modèle.

Nathalie Philibert