1 058,05 $US

Gwenhaël Nédélec

Saint Michel combat le Dragon (2020)

Type d'œuvre
Oeuvre unique
Dimensions
45,7x31,9 in
Techniques
Acrylique
Support ou surface
Toile de lin , Monté sur Châssis
Encadrement
Non
Voici une toile qui fait un lien direct entre notre époque, marquée par une pandémie mondiale et divers évènements dramatiques, et un texte biblique particulier, l'Apocalypse, dont le contenu peut sembler totalement suranné, poussiéreux et déconnecté de nos problématiques contemporaines.
Néanmoins, il est surprenant de constater à quel point ce texte, écrit dans l'Antiquité romaine tardive, fait écho à notre situation actuelle. Le fait que l'on soit ou non chrétien, que l'on soit ou non croyant,...
Voici une toile qui fait un lien direct entre notre époque, marquée par une pandémie mondiale et divers évènements dramatiques, et un texte biblique particulier, l'Apocalypse, dont le contenu peut sembler totalement suranné, poussiéreux et déconnecté de nos problématiques contemporaines.
Néanmoins, il est surprenant de constater à quel point ce texte, écrit dans l'Antiquité romaine tardive, fait écho à notre situation actuelle. Le fait que l'on soit ou non chrétien, que l'on soit ou non croyant, ne revêt aucune importance : tout le monde peut bénéficier des enseignements de l'Apocalypse. Contrairement à la manière dont ce terme est employé aujourd'hui, l'Apocalypse ne renvoie pas uniquement à la fin d'un monde marqué par les souffrances, les persécutions, les catastrophes et la mort : il annonce surtout l'avènement d'un monde nouveau, définitivement délivré de la souffrance, du mal et de la mort. Il s'agit d'une parabole pour exhorter les gens à conserver l'espérance ou l'espoir, même dans des situations désespérantes. L'Apocalypse invite ainsi chacun de nous à participer à la naissance d'un monde nouveau, plus juste, plus joyeux et plus fraternel, sur les cendres du monde ancien.

C'est habité par cette réflexion que j'ai peint ma toile. Elle représente un passage de l'Apocalypse de saint Jean, alors que Satan, représenté ici par un dragon à sept têtes, est aux prises avec l'archange Michel, chef de la milice céleste, et de ses anges. La queue du dragon comporte trois boucles et forme ainsi le chiffre 666, symbole du mal dans l'Apocalypse. Sous l'aile droite du dragon, se trouve la Terre, lieu où la bête, qui tentait de conquérir le ciel, va être repoussée par les anges. La couleur verte que j'ai utilisée pour peindre la Terre invite les hommes à l'espérance, à devenir meilleurs, malgré la présence du mal. Leurs efforts finiront par être récompensées lorsque la Jérusalem Céleste descendra sur Terre, chassant ainsi définitivement le mal, la souffrance et la mort dans le shéol (l'enfer). J'ai représenté l'archange Michel, protecteur de la France, avec un casque de chevalier teutonique assez caractéristique, afin de souligner son aspect martial et combatif. La position des anges reprend en partie celle que l'on trouve sur la Tapisserie de l'Apocalypse, conservée au château d'Angers.
Gwenhaël Nédélec
Suivre
France

Voir plus de Gwenhaël Nédélec

23,6x28,7 in
Pas à Vendre
28,7x23,6 in
Pas à Vendre
31,5x31,5 in
689,55 $US
31,9x39,4 in
732,12 $US

Artmajeur

Recevez notre lettre d'information pour les amateurs d'art et les collectionneurs