540,29 $US

Gioia Albano

Looking for the strength , 2012

Type d'œuvre
Dimensions
25,6x21,3 in
Techniques
Support ou surface
Toile
In 2012 it was a bit of a dark time for me, quite difficult. I created this painting to remind me that I was and to stay strong, first of all for me. This is why she has her hands in the soil, trying to go deeper. This is what I started then. In 2017, many steps later I have to remind myself that what does it looks like a a set-back it's not always one, sometimes it's just a step on the side Notice: © 2012 All rights reserved Art by Gioia Albano This original art may not be copied, printed, or...
In 2012 it was a bit of a dark time for me, quite difficult. I created this painting to remind me that I was and to stay strong, first of all for me. This is why she has her hands in the soil, trying to go deeper. This is what I started then.
In 2017, many steps later I have to remind myself that what does it looks like a a set-back it's not always one, sometimes it's just a step on the side

Notice: © 2012 All rights reserved Art by Gioia Albano
This original art may not be copied, printed, or used for any purpose without my written permission.
Size:
cm 54 x 65 (21,2" x 25,5")

Medium: acrylic spray , full colors paint , final gloss varnish on canvas.
The sides of the canvas are painted .

Date: 09/2012 in Mimet (France)

~Additional Info:
-signature,-title,date and COA on the back
-ready to hang right out the package.

You will receive your painting in excellent brand new condition .Shipping insurance will be included for free,as well as tracking number.
Gioia Albano
Suivre
Je suis née à Milan en juin 1973, fille unique d'un artiste peintre et qui créait des patrons pour les vêtements et d'une maîtresse d’école.Je ne saurai pas dire comment ça a commencé car de que je puisse...

Je suis née à Milan en juin 1973, fille unique d'un artiste peintre et qui créait des patrons pour les vêtements et d'une maîtresse d’école.

Je ne saurai pas dire comment ça a commencé car de que je puisse me rappeler j'ai toujours eu un crayon, un feutre ou un stylo à la main.

Les feuilles et les albums se sont toujours entassés chez moi. Un nouvel album plein de feuilles blanches m'a toujours mis l'eau à la bouche si je peux dire ainsi.

D'une imagination débordante je remplissais le papier d'images et personnages de mon univers,que soit à partir du réel ou pas.

J'ai le souvenir d'une maîtresse à la maternelle qui m'avait renvoyée trois fois à ma place pour refaire un  dessin car «l’herbe est verte»  alors que pour moi elle pouvait être jaune ou bleu.

Je n’étais pas  vexée car dans mon cocon familial on m'autorise ces fantaisies  en célébrant presque toute la  force de cette fantaisie propre à l’enfance.

A la question classique «Que veux-tu faire quand tu sera grande?» la réponse était toujours «Artiste peintre»  .

Les choses se sont corsées en grandissant car les éloges n'étaient pas toujours là. Ni la compréhension de certains devoirs «d'art» notamment au collège. L'atmosphère familiale avait changé aussi pour plusieurs raisons,notamment économiques,mais pas seulement .

Je cherchais à reproduire quelque chose de plus réel dans mes dessins sans savoir forcément comment faire. On me disais que je devais rester «naturelle» sans savoir ce que cela signifiait et en me retrouvant perdue à un âge où on cherche plus à se fondre avec les autres tout en ayant besoin de repères stables.

Je ne retrouvais plus mon monde et le bien-être que le fait de dessiner m'avait toujours apporté quand je ne me posais pas de questions , au contraire un certain inconfort s'installait, la comparaison avec les autres, un sentiment d’insécurité.  

Arrive le moment pour nous de choisir le lycée en vue de notre futur métier 

Voir plus de Gioia Albano

19,7x11,8 in
540,29 $US
8,8x7,5 in
Vendu
11,8x9,5 in
420,22 $US
8,8x7,5 in
291,76 $US

Artmajeur

Recevez notre lettre d'information pour les amateurs d'art et les collectionneurs