Pas à Vendre

Laurent Diesler

X-volution.jpg (2018)

Type d'œuvre
Dimensions
Les dimensions sont disponibles sur demande
On a retrouvé la tête de Marcel Poulac. À Estain, Jolie petite commune de l'orne, on se souvient encore de Marcel Poulac. Débonnaire artisan boulanger de sa commune depuis trente ans, Marcel était apprécié de tous. Tout laissait penser qu'en homme ordinaire, il se dissiperait tranquillement dans la fuite du temps. Aujourd'hui...
On a retrouvé la tête de Marcel Poulac.

À Estain, Jolie petite commune de l'orne, on se souvient encore de Marcel Poulac. Débonnaire artisan boulanger de sa commune depuis trente ans, Marcel était apprécié de tous. Tout laissait penser qu'en homme ordinaire, il se dissiperait tranquillement dans la fuite du temps. Aujourd'hui il coulerait des jours heureux à La Délivrance, chez les petits vieux  où Il regarderait Nagui et le journal du 20 heures.

Pourtant, le 11 mai 1981, le destin de Marcel Poulac fut définitivement bouleversé. À cette date, il fut jeté dehors de l'un des douze bars du village, après avoir confié sa sympathie pour le parti socialiste. Le lendemain, sa femme le retrouva cuit à point dans son fournil, sans sa tête.
Suite à une longue enquête de presque 25 minutes, la gendarmerie conclut à une mort naturelle. En réponse aux doutes exprimés par l'idiot du village, l'arquebusier-maréchal-des-logis-chef Poinbar déclara devant la presse locale : « Les canards ça court bien sans leur tête ! ». Le doute fut immédiatement dissipé ­et chacun reprit ses occupations.

Le temps a passé. Les années se sont empilées paisiblement et jusqu'à très récemment, plus personne ne faisait allusion à Marcel Poulac et à son vote horrible.
C'est alors que le dimanche 27 mai 2018 au matin, des enfants qui jouaient aux archéologues ont fait une découverte macabre : Une tête dans un sac plastic Mammouth. Elle avait été enterrée dans la seconde allée du cimetière communal.

Après comparaisons, l'institut scientifique de recherche criminelle de la gendarmerie confirma son appartenance au défunt Poulac.
Mais les découvertes ne faisaient que commencer. D'abord surpris par l'excellente conservation des tissus, les légistes mirent en évidence des éléments étonnants. La tête n'était pas humaine! Il y avait là des tissus synthétiques, des boulons et ce qui semblait être le disque dur d'un ordinateur Amstrad. Sur la face interne du crâne figuraient les inscriptions : Made on Mars.

Les conclusions des autorités rendues aujourd'hui publiques, les habitants de la petite ville restent dubitatifs. Tout le monde s'interroge sur la présence d'un sac plastic Mammouth. Chacun y va de son hypothèse et nombreux sont ceux qui crient à la supercherie. Au milieu des rumeurs et des invraisemblances demeure pourtant un détail qui met tout le monde d'accord : Le seul électeur de gauche qu'Estain eut jamais connu était un étranger!

30 euros sur papier photo.

Autres impressions sur demande :
- Poster (75/50cm)
- Toiles
- Avec encadrement
- Aluminium et plexiglas.

Numéroté jusqu'à 100 exemplaires.

Thèmes connexes

Longny Au PercheHumain AugmentéMort À Longny Les Villages

Laurent Diesler
Suivre
Je suis ému par les témoignages de ces instants fragiles durant lesquels on ne sait ce qui s'exprime en nous. Rares sont ceux qui touchent ce fil de l'âme, en font raisonner la corde et entendent...

Je suis ému par les témoignages de ces instants fragiles durant lesquels on ne sait ce qui s'exprime en nous. Rares sont ceux qui touchent ce fil de l'âme, en font raisonner la corde et entendent la mélodie qui nous amène à créer. L'écrivain écrit, le sculpteur sculpte, le dessinateur dessine et c'est une volonté sourde aux néophytes qui nous accompagne dans la vérité et la précision de nos gestes. Le créateur ressent au centuple le murmure des sens, sait retranscrire les courbes de la vie et meurt quand on lui retire ce juste droit de s'exprimer. Je suis ému par le trait de crayon inspiré, par un jet de peinture, comme par les fresques des grands-maîtres. Mes créations sont simples. Elles transpirent mes émotions. Elles respirent ce courant qui passe de vous à moi et s'inspirent des petites particules de la vie. Et si j'inspire cette brise qui est passée par vous, j'en expirerai alors peut-être une once de l'âme des Hommes.
Merci

Voir plus de Laurent Diesler

Pas à Vendre
Pas à Vendre
39,4x29,9 in
Sur demande
Pas à Vendre

Artmajeur

Recevez notre lettre d'information pour les amateurs d'art et les collectionneurs