5 Œuvres Fondamentales du Pop Art

Ajouté le 12 mars 2021 - 7 minutes de lecture

Comment définir le Pop Art ? Ce mouvement international, apparu au milieu des années 1950 en Angleterre, rayonne encore considérablement dans notre société moderne. Parfois considéré comme un descendant direct du dadaïsme, ce courant tourne en dérision le monde feutré de l’art, en s’appropriant les codes de la Pop Culture, de la consommation de masse, de la publicité, de l’industrie hollywoodienne et des médias mainstream. Le Pop Art offre au spectateur un regard nouveau, accessible, drôle et parfois critique sur les défaillances de notre société de consommation. Avec des œuvres colorées et compréhensibles, il brouille ainsi les frontières et hiérarchies entre arts supérieurs et arts inférieurs, entre Beaux-Arts et art populaire.

Embarquez avec nous à la découverte de 5 œuvres qui ont posé les bases d’un mouvement artistique innovant et toujours profondément actuel : aujourd’hui, c’est Pop !

 

5. Just what is it that makes today's homes so different, so appealing?, Richard Hamilton

Cette œuvre est, à juste titre, considérée comme la première véritable œuvre de Pop Art. Réalisée en 1956 par l’artiste anglais Richard Hamilton, ce petit collage (26x25cm seulement), se compose d’images provenant de magazines américains. D’ailleurs, le titre de cette œuvre, en français « Qu'est-ce qui rend exactement les maisons d'aujourd'hui si différentes, si séduisantes ? »est inspiré d’un slogan trouvé dans l’une de ces revues, faisant la promotion de revêtement de sol coloré et design.
L’escalier sur le côté gauche provient d’une publicité pour un aspirateur, le bodybuilder au milieu est le vainqueur du concours de Mister Los Angeles (Mr. L.A) de 1955, la femme sur le canapé à droite provient d’un magazine érotique… l’œuvre abonde de symboles de la société de consommation et de la culture populaire, qui, ainsi regroupés, forment un audacieux pamphlet critique contre les travers d’une société stéréotypée et égocentrique.

Richard Hamilton, conscient d’avoir ouvert la brèche d’un potentiel nouveau mouvement artistique, commencera l’année suivante à théoriser le Pop Art : pour lui, ce doit être « un art populaire destiné aux masses, éphémère, à court terme, consommable, facilement oubliable, produit en série, peu coûteux, jeune, spirituel et sexy ». Certaines de ces caractéristiques disparaitront évidemment au fil du temps (notamment concernant le prix de ces œuvres, qui atteignent désormais des sommes stratosphériques), mais d’autres resteront, encore aujourd’hui, parfaitement adéquates à cette définition originelle.


4. Look Mickey, Roy Lichtenstein


Après l’Angleterre, changeons maintenant de continent pour nous intéresser aux prémices du Pop Art américain. Roy Lichtenstein, l’artiste malicieux qui réalisa cette œuvre en 1961, n’était pas prédestiné à devenir l’icone du Pop Art que l’on connait désormais. Avant cette réalisation, il exprimait plutôt sa fougue artistique par l’expressionnisme abstrait, courant artistique largement dominé par ses contemporains Jackson Pollock et Willem de Kooning.

En 1961, l’un de ses fils le provoque : en lui montrant l’une de ses bandes dessinées, il lui lance « Je parie que tu ne peux pas peindre aussi bien que ça ! ». Challenge accepté pour Roy Lichtenstein, qui s’attèle à la création d’une œuvre monumentale (122x175cm) inspiré d’une bulle de comics (Donald Duck Lost and Found). Cette œuvre, en plus d’être drôle et esthétiquement agréable à contempler, constitue l’avant-garde d’un tas de choses : c’est la première véritable œuvre d’art qui s’inspire ouvertement de l’univers des comics, et c’est le première œuvre où l’artiste emploie la technique des points Benday (points disposés symétriquement et en grand nombre, qui donnent l’illusion d’une couleur unie avec la distance). Aujourd’hui, on a tendance à voir Mickey un peu partout dans l’art contemporain : et bien, c’est cette œuvre qui représente la première intrusion de la célèbre souris dans le monde de l’art.

 

3.  Flag, Jasper Johns


Cette œuvre impressionnante par ses dimensions (107x153cm) a été réalisé par Jasper Johns en 1954. Elle représente le drapeau américain, avec ses 48 étoiles correspondant aux différents états confédérés à cette époque, qui n’intègre donc pas encore Hawaï et l’Alaska. Lorsqu’il réalise cette œuvre, Jasper Johns n’a que 24 ans et vient d’être libéré de ses obligations militaires au sein de l’armée américaine. Le drapeau américain a donc une grande importance dans sa vie, mais il est également au cœur de l’actualité à cette époque.

L’œuvre est avant tout révolutionnaire par les subtilités de sa réalisation. Employant différentes techniques telles que l’encaustique, le collage à partir de vieux journaux et la peinture à l’huile, l’œuvre se place à la frontière de l’art abstrait, encore très influent aux Etats-Unis, et l’art figuratif, puisque le motif représenté est éminemment compréhensible. En adoptant ce motif connu de tous, il peut se concentrer sur l’exécution plastique de sa toile, plutôt que sur la symbolique de l’ensemble. Il brouille ainsi les clivages classiques de la lecture d’œuvre : les critiques n’arrivent plus à savoir s’il s’agit d’un drapeau peint ou d’une peinture de drapeau. Pour Johns, il s’agit des deux. Il s’inscrit ainsi au cœur du néo-dadaïsme, mais également aux fondements du Pop Art, de l’art minimal et de l’art conceptuel.

 

2. Marilyn Diptych, Andy Warhol 

Cette sérigraphie monumentale (205x290cm) de l’illustre Andy Warhol a été réalisé en 1962, juste après la mort de Marilyn Monroe. Elle se compose de 50 photographies de l’actrice, capturée en 1953 à l’occasion de la promotion du film Niagara. Sur la moitié gauche, les images sont hyper colorées, mais sur la moitié droite, toutes les photographies sont en noir et blanc. Ce choix représente la relation de Marilyn Monroe entre la vie et la mort, et il symbolise également les deux thèmes de prédilection de l’artiste américain : la mort et le culte de la célébrité. Le foisonnement d’image rappelle l’omniprésence de l’icône dans les médias, mais le coté droit du panneau, noir et blanc, nous confirme quant à lui que la star reste mortelle, tout en la rendant éternelle à jamais par le biais d’une œuvre aujourd’hui considérée par le journal britannique The Gardian comme l’une des 3 œuvres d’art moderne les plus influentes du monde.

 

1. A Bigger SplashDavid Hockney


Pour la dernière œuvre de ce classement, revenons en Angleterre. David Hockney a 30 ans lorsqu’il réalise cette œuvre lumineuse et frivole. Sur cette toile monumentale, comme ses comparses (2,42 x 2,43m), on découvre un plongeoir en premier plan, une piscine, puis une villa. Les projections à la surface de l’eau nous font subtilement comprendre qu’une personne vient d’y plonger.

En dehors d’une analyse strictement picturale, l’œuvre nous fait voyager dans une Californie hédoniste et fantasmagorique, où se mélangent célébrité, excès, séduction, impertinence et exaltation des sens. Ce tableau, 3ème d’une série consacrée aux piscines (élément pictural dont raffole David Hockney), a connu un très grand succès notamment grâce au caractère obsessionnel et méthodique de son auteur : bien que très minimaliste, ce tableau révèle une symétrie parfaite : on y aperçoit de nombreuses lignes, épurées et bien droites, qui structurent la composition pour lui donner ce petit côté stricte qui la rend si agréable à la contemplation. Les éclaboussures bousculent le quadrillage implicite de cette scène, permettant ainsi au spectateur de se focaliser sur l’action. Bien que l’œuvre soit dépourvue de figures humaines (ce qui est rarement dans les habitudes d’Hockney), on ressent tout de même une forte présence, même en dehors des projections d’eau : la chaise pliante (typiquement hollywoodienne), les rideaux tirés ou la bordure d’herbe bien entretenue nous rappelle qu’une apparition humaine est imminente, et on adore ce sentiment !

 
On espère que ce classement vous a été agréable à lire et à contempler. Pour les amoureux du genre, nous vous conseillons notre collection dédiée au Pop Art, regroupant la crème de la création contemporaine.
On vous prévient : ça va vous plaire !


Artmajeur

Recevez notre lettre d'information pour les amateurs d'art et les collectionneurs