Retour en haut

Et la paix est venue de l’homme de ventre. Serein, il contemplait le monde et sa faim brûlante. De bronze Thé & d’absinthes mêlées, son corps épuisé de nos déraisons suintait d’étranges illusions. Il dit : « Prenez de mes regards et l’or de vos humanités et le joyau de l’espoir. Nous serons communs, hors des luttes, puisque nous sommes ronds de nos envies d’aimer. » Il a dit encore, dans les silences et les soupirs, la septième de nos désunions.
"La Statue" Stan MISTCHEVKHOV dit SALHON

Valérie LAMARRE