Back to top

Inscrire le mouvement dans l’espace, le lire, comprendre le message du corps et le retranscrire.
Dans cette quête, j’explore toutes les possibilités qui me permettent de réaliser cette démarche:
- La calligraphie d’abord comme travail gestuel de l’artiste mais aussi pour l’écriture du mouvement sur une matière, la gestuel du corps du modèle comme guide graphique.
- Le travail avec des danseurs et des acrobates me permet de mieux capter le mouvement, le rythme et la chorégraphie d’un langage universel du corps dont nous percevons les codes mais dons nous avons perdu la lecture consciente et l’essentiel de cette communication.
- La maîtrise de mon corps et celui de l’artiste qui me propose un dialogue.
- L’outil contrôlé dans la gestuelle de la pratique de l’instrument en harmonie avec mon sujet, le son et la musique ambiante .
- Le lieu, inscrire un geste, une intention, un message dans un lieux où les corps ont déjà parlé sur des supports toujours en évolutions où des matières permettent une lecture en mouvement. Le «street art » et les installations clandestines dans les maisons abandonnées me permettent une autres ouverture sur l’écriture du geste dans l’espace, du corps dessiné qui investi temporairement un lieu imprégné d’une mémoire de vie humaine et subit seul avec le temps et son usure.
- Le duo avec le photographe Thierry Chuzeville, nous permet par la photographie, ses différentes techniques et l’instanté du dessin de témoigner de plusieurs points de vue sur cette possession physique et éphémère de l’espace, d’un lieu , d’un geste et de créer des images entre le réel et l’imaginaire. entre le réel et l’imaginaire.

stalaven