Retour en haut

Maxime TAUBANMaxime TAUBAN Suivre

Retour au profil Galeries
TAUBAN Maxime

Maxime TAUBAN
(1975- )
Nationalité: fr France


119 œuvres   Domaines artistiques : Média mixtes, Arts numériques, Peinture

Passionné par l’art, je pratique depuis plusieurs années différentes disciplines : le dessin, la peinture, la sculpture et surtout la photographie.

Ma première exposition « gribouillages esthétiques » (EMJ Montluçon 1994) montrait des dessins et peintures spontanés très colorés réalisés au cours des années 90 puis j’ai présenté l’exposition « la nature autrement » (1999) ; aboutissement de trois années d’expériences photo-graphiques sur le thème de la nature. J’ai ensuite approfondi ma pratique de la photographie en élargissant mes connaissances techniques et en intensifiant les prises de vue. Ma découverte de Londres, Paris puis Clermont m’a conduit vers des images urbaines toujours graphiques et de plus en plus abstraites.
Mais j’avais envie d’aller plus loin… je rêvais de créer des ambiances visuelles, des images différentes, intriguantes, dont on ne pourrait deviner l’origine technique. Comment réaliser des compositions complexes qui mêleraient les différentes disciplines que j’affectionnais ?
C’est alors que l’ordinateur est entré dans ma vie, révolutionnant ma pratique. Après un an d’apprentissage à découvrir les logiciels de création graphique et une première expo de photos retouchées « masques argentico-numériques » (FAL Clermont-Ferrand 2002), je mesurais l’apport de l’outil informatique et progressais suffisamment dans le bidouillage numérique pour l’intégrer pleinement dans mon art. J’utilisais alors mon ordinateur comme une table de mixage graphique qui me permettait de mêler dans une même image photos, peinture, dessin, collage… le « sampling-graphism » était né. Les images ainsi réalisées étaient imprimées sur toile puis montées sur chassis afin de perturber le spectateur (2004-2006).

Mais ce travail complexe d’infographie manquait de profondeur, de matière dans le rendu et surtout, mes créations n’étaient pas uniques puisque pouvant être facilement imprimées et reproduites… Après plusieurs essais, je décide d’aller plus loin en imprimant des images inachevées, (toujours composées sur ordinateur mais les couleurs sont très discrètes et les zones de vides plus présentes) que je retravaille ensuite à la peinture. (illustations pour le livre Er volume 1 en 2006 puis Er 2 en 2008). Une même image de base peut ainsi donner naissance à des résultats variés et le retour à une intervention manuelle permet de donner plus de force, de vie à une création finale affirmée et unique. Il s’agit bien de « peinture ». Pour les décrire, j’utilise l’expression de « techniques re-mixtes ».
Passionné par l’art, je pratique depuis plusieurs années différentes disciplines : le dessin, la peinture, la sculpture et surtout la photographie.

Ma première exposition « gribouillages esthétiques » (EMJ Montluçon 1994) montrait des dessins et peintures spontanés très colorés réalisés au cours des années 90 puis j’ai présenté l’exposition « la nature autrement » (1999) ; aboutissement de trois années d’expériences photo-graphiques sur le thème de la nature. J’ai ensuite approfondi ma pratique de la photographie en élargissant mes connaissances techniques et en intensifiant les prises de vue. Ma découverte de Londres, Paris puis Clermont m’a conduit vers des images urbaines toujours graphiques et de plus en plus abstraites.
Mais j’avais envie d’aller plus loin… je rêvais de créer des ambiances visuelles, des images différentes, intriguantes, dont on ne pourrait deviner l’origine technique. Comment réaliser des compositions complexes qui mêleraient les différentes disciplines que j’affectionnais ?
C’est alors que l’ordinateur est entré dans ma vie, révolutionnant ma pratique. Après un an d’apprentissage à découvrir les logiciels de création graphique et une première expo de photos retouchées « masques argentico-numériques » (FAL Clermont-Ferrand 2002), je mesurais l’apport de l’outil informatique et progressais suffisamment dans le bidouillage numérique pour l’intégrer pleinement dans mon art. J’utilisais alors mon ordinateur comme une table de mixage graphique qui me permettait de mêler dans une même image photos, peinture, dessin, collage… le « sampling-graphism » était né. Les images ainsi réalisées étaient imprimées sur toile puis montées sur chassis afin de perturber le spectateur (2004-2006).

Mais ce travail complexe d’infographie manquait de profondeur, de matière dans le rendu et surtout, mes créations n’étaient pas uniques puisque pouvant être facilement imprimées et reproduites… Après plusieurs essais, je décide d’aller plus loin en imprimant des images inachevées, (toujours composées sur ordinateur mais les couleurs sont très discrètes et les zones de vides plus présentes) que je retravaille ensuite à la peinture. (illustations pour le livre Er volume 1 en 2006 puis Er 2 en 2008). Une même image de base peut ainsi donner naissance à des résultats variés et le retour à une intervention manuelle permet de donner plus de force, de vie à une création finale affirmée et unique. Il s’agit bien de « peinture ». Pour les décrire, j’utilise l’expression de « techniques re-mixtes ».


Articles:

parcours

parcours


Passionné par l’art, je pratique depuis plusieurs années différentes disciplines : le dessin, la peinture, la sculpture et surtout la photographie.

Ma première exposition « gribouillages esthétiques » (EMJ Montluçon 1994) montrait des dessins et peintures spontanés très colorés réalisés au cours des années 90 puis j’ai présenté l’exposition « la nature autrement » (1999) ; aboutissement de trois années d’expériences photo-graphiques sur le thème de la nature. J’ai ensuite approfondi ma pratique de la photographie en élargissant mes connaissances techniques et en intensifiant les prises de vue. Ma découverte de Londres, Paris puis Clermont m’a conduit vers des images urbaines toujours graphiques et de plus en plus abstraites.
Mais j’avais envie d’aller plus loin… je rêvais de créer des ambiances visuelles, des images différentes, intriguantes, dont on ne pourrait deviner l’origine technique. Comment réaliser des compositions complexes qui mêleraient les différentes disciplines que j’affectionnais ?
C’est alors que l’ordinateur est entré dans ma vie, révolutionnant ma pratique. Après un an d’apprentissage à découvrir les logiciels de création graphique et une première expo de photos retouchées « masques argentico-numériques » (FAL Clermont-Ferrand 2002), je mesurais l’apport de l’outil informatique et progressais suffisamment dans le bidouillage numérique pour l’intégrer pleinement dans mon art. J’utilisais alors mon ordinateur comme une table de mixage graphique qui me permettait de mêler dans une même image photos, peinture, dessin, collage… le « sampling-graphism » était né. Les images ainsi réalisées étaient imprimées sur toile puis montées sur chassis afin de perturber le spectateur (2004-2006).

Mais ce travail complexe d’infographie manquait de profondeur, de matière dans le rendu et surtout, mes créations n’étaient pas uniques puisque pouvant être facilement imprimées et reproduites… Après plusieurs essais, je décide d’aller plus loin en imprimant des images inachevées, (toujours composées sur ordinateur mais les couleurs sont très discrètes et les zones de vides plus présentes) que je retravaille ensuite à la peinture. (illustations pour le livre Er volume 1 en 2006 puis Er 2 en 2008). Une même image de base peut ainsi donner naissance à des résultats variés et le retour à une intervention manuelle permet de donner plus de force, de vie à une création finale affirmée et unique. Il s’agit bien de « peinture ». Pour les décrire, j’utilise l’expression de « techniques re-mixtes ».

texte de présentation de l'exposition "Avril à l'horizon"

texte de présentation de l'exposition "Avril à l'horizon"


13 ans après avoir présenté ma première exposition de photographies, je renoue avec cette technique qui a toujours eu une place importante pour moi.
Même si je n’utilisais pas dans mes derniers tableaux mes propres photographies, mais plutôt des images anciennes de livres et magazines, je n’ai jamais cessé de photographier et d’archiver avec rigueur ces images.

Ici, il s’agit de photographies personnelles toutes prises lors d’un voyage au Maroc en Avril 2012.
Ces clichés non retouchées ont été réalisés en noir et blanc avec un appareil numérique « hybride » produisant un grain prononcé et un fort contraste. Ce rendu m’intéresse pour son esthétique et son « caractère » rappelant certains films et tirages argentiques du passé.
Ces images ont constitué la base de mon travail.

J’ai cherché ensuite à intervenir concrètement sur les photographies que j’avais sélectionnées pour m’approprier davantage ces instants figés : au-delà de la réalité, au-delà de ce qui s’offre à nous, il y a le regard que nous portons sur les choses, ce que nous choisissons de retenir et comment nous allons spontanément réagir ou décider d’agir…
La difficulté était de raconter autre chose, d’aller plus loin que la description formelle, sublimer en ajoutant le moins d’éléments possible (en supprimant même parfois) pour garder l’intérêt de la photo originale, et tenter d’approcher une certaine « beauté de la simplicité », plus difficile à atteindre qu’il n’y paraît.

Le thème nostalgique du souvenir, récurrent dans mon travail, est peut-être plus évident encore ici…
Que retenons-nous d’un voyage ? (quels enseignements, quelles images ?)
Mais aussi :
Comment faire vivre des souvenirs et comment, dans une démarche artistique , sortir des sentiers battus, quand on s’inspire d’un pays aussi visité ?
Ces questions m’accompagnent depuis plusieurs mois…

En recherchant l’équilibre dans ces compositions à coups maitrisés d’acrylique, encre et aérosol, je fais peut-être aussi le tri dans mes souvenirs, pour pouvoir mieux repartir…

Car ces tableaux/photos ne parlent pas vraiment du Maroc, ils parlent surtout d’un ailleurs, ils parlent de dépaysement, de découverte, de mystère et d’émerveillement.

Entre mes rêves et la réalité, il y a ces « instants figés colorés»



Avril est déjà loin mais un autre moi(s) viendra…



Merci à Laetitia, Elodie, Yannick, Fabrice et William, complices de voyage.
Merci à Isabelle pour sa générosité et son regard bienveillant et affuté, ces années d’atelier où jai eu la chance de travailler à ses côtés m’ont aidé à progresser.
Merci à Margaux pour son aide et soutien régulier depuis le début de ce projet.

11 septembre 2012 - Maxime Tauban


fiche d'identité !

fiche d'identité !


Maxime TAUBAN

Âge : indéterminé

Statut : artiste plasticien


Aime : les gens passionnés, la nature et les grandes villes, les musées, rêver et encore pas mal de choses…

Des influences ? La rue, les autres, le beau qui fait du bien, des craintes et de l’espoir et quelques grands comme Warhol, Basquiat, Rauschenberg, Magritte…

Outils favoris : cerveau disponible, appareils photos, ordinateur Mac, pinceaux, colle, acrylique, bombe, broux de noix, posca...

La première fois : 1994 : première exposition individuelle « gribouillages esthétiques » - n’a jamais cessé d’exposer depuis.

Un lieu : mon atelier partagé avec d’autres artistes à Clermont-Ferrand au beau milieu du pays des volcans d’Auvergne.

Le Hangar

Le Hangar


Adresse : 31 rue Drelon 63 000 CLERMONT-FERRAND

Atelier collectif

Artistes présents : Aude Depalle - Maxenvrac - Marie Deschamps - Clémentine Lemaitre - Frédéric Nolleau - Iroy - Edwige Ziarkowski - Maxime Tauban

Associations représentées : L'artiste habite au 31 - Si par hasard

Ouverture public : chaque premier dimanche du mois a l'occasion de Place aux Arts et sur rendez-vous


2010 :

- Participation à la manifestation "Les Arts en Balade" exposition au restaurant Eat Meat durant un mois : Clermont-Fd
- Exposition collective sur le thème "vampires, zombies et autres morts-vivants" dans le cadre du festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand
- Exposition individuelle à la galerie d'art l'Incognito : Bourbon L'Archambault

2009 :

- Entrée à la galerie TRACKER D'ART : Toulouse
- Exposition collective sur le thème des comédies musicales dans le cadre du festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand

2008 :

- Exposition individuelle à la maison de quartier de la Fontaine du Bac
- Participation à la manifestation "Les Arts en Balade" : Clermont-Fd
- Exposition collective sur le thème "chiens et cinéma" dans le cadre du festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand

2007 :

- Participation à la manifestation "Les Arts en Balade" : Clermont-Fd
- Exposition collective sur le thème des super-héros dans le cadre du festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand

2006 :

- Exposition à l'église Notre Dame de la Rivière avec le collectif FRAGMENT 135 à Beaumont
- Participation à la manifestation "Les Arts en Balade" : Clermont-Fd
- Exposition collective sur le thème "Noël et cinéma" dans le cadre du festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand

2005 :

- Participation au Salon des Arts de Naves (Allier)
- "sampling graphism" La Baie des Singes : Cournon - Médiathèque de Maringues
- Participation à la manifestation "Les Arts en Balade" : Clermont-Fd
- "Dessinons mon histoire" organisé par la ville de Clermont-Fd : Espace Art Contemporain La Tôlerie
- "Kino" exposition collective sur le thème de la boxe dans le cadre du festival du Court Métrage

2004

- "sampling graphism" présenté dans 5 lieux a Clermont
(Corum St-Jean, Espace Info Jeunes, resto Chez Eux, café Zorzi, Logidôme)
- Participation a la manifestation "Place aux Arts"

2002

- "Regards d’artistes sur l’Auvergne" : 10 œuvres sélectionnées.
(Clermont, Plauzat, Châtel Guyon,Orcet)
- Participation à la manifestation "Les Arts en Ballade" (Clermont-Fd) :
gribouillages esthétiques, experiences photo-graphiques, installation
- Exposition collective de photographie à la galerie de la FAL (Clermont) :
présentation d’un travail sur les masques "masques argenticonumériques"

1999

- "la nature autrement" compositions expérimentales photographiques,
présentée à Clermont-Fd... - au FJT Corum St Jean
- à l’espace initiatives UFCV
- au XV-XIII

1997

- Participation au premier printemps des arts (Clermont-Fd)

1994

- "gribouillages esthétiques" , 1ère exposition individuelle à l’EMJ (Montluçon)

démarche

démarche


Je mixe dans mon travail sur toile des techniques de photographie, collage, peinture et dessin… Le point de départ est souvent l’association d’images en noir et blanc, issues de magazines et livres des années 70, décalées, parfois drôles que je recycle, de couleur/matière/signes et qui reprennent vie et sens aussi en interrogeant sur le temps qui passe et les travers d’une société de consommation de masse abrutissante…
Je cherche à réaliser des compositions graphiques équilibrées et intriguantes à la fois, où se mêlent éléments figuratifs et décors surréalistes comme le souvenir d’un rêve hésitant entre douceur rassurante et impression étrange…