Samuel De Cruz

Samuel De Cruz Follow
France

SHAMARA.jpg
Digital Arts


Ask a question: Contact Seller

Comments  

Popular!   1,304 views   2 collections

About this artwork
This artwork is part of the gallery VIRTUALITY - Science Fiction Robotique.

Framing No
Related themes

Digital Arts , Conceptual Art , robot , science fiction , samuel de cruz , teknifiane

Description

- Ville Robot : TEKNIFIANE
- Monde : TATOON
- Peuple robot : MARALAK ( ou MARAKAL)
- Dictateur robot : SHAMARA-YAWANG
- Civilisation robot : BILA-YA-MONG

Tekinifiane est une ville robot isolée, repliée sur elle-même et qui se désire isolationniste. Pacifiques, les robots qui vivent dans cette ville étrange sont très égoïstes : ils se nomment Maralak. Se sont de petits robots bricoleurs qui admirent la logique et l'horlogerie, et ils passent le temps à voler des pièces au voisin pour le bricolage... Read More
- Ville Robot : TEKNIFIANE
- Monde : TATOON
- Peuple robot : MARALAK ( ou MARAKAL)
- Dictateur robot : SHAMARA-YAWANG
- Civilisation robot : BILA-YA-MONG

Tekinifiane est une ville robot isolée, repliée sur elle-même et qui se désire isolationniste. Pacifiques, les robots qui vivent dans cette ville étrange sont très égoïstes : ils se nomment Maralak. Se sont de petits robots bricoleurs qui admirent la logique et l'horlogerie, et ils passent le temps à voler des pièces au voisin pour le bricolage de toutes sorte d'automatismes. Égoïstes et idiots, ces petits robot Maralak doivent donc quotidiennement se rendre à la mosquée mécanique : afin d'y recevoir le rappel de la bonne conduite, le non vol. La religion de ces petits robots bricoleurs est essentiellement un culte de rappel à ne pas être trop cleptomane. Ces robots forment un collectif civilisationnel nommé : Bila Ya Mong.

Dictature : Tout le collectif est sous la domination brutal et strict d'une entité grandiose. Cette entité gigantesque, mesurant 20m de haut, flottant dans les airs au dessus de la ville, dissimulée dans les brouillard. L'entité se nomme Shamara-Yawang, une étrange machine différente, composée de deux sous-entités (frère et sœur siamois). Shamara-Yawang impose une dictature d'ordre et de discipline brutale, allant jusqu'à imposé donc tout un processus de conditionnement opérant. Shamara-Yawang refuse d'être vue, refuse de parler, refuse le contact extérieure : isolationnisme et sérénité absolue.

Shamara-Yawaong est une machine dictatrice de bienveillance, elle impose une dictature forte mais utile, protectrice.

Histoire : Avant, la ville robot Teknifiane souffrait de la décadence, de la folie comportementale. Les robots sombraient dans le transexualisme, la drogue, le capitalisme, le plaisir et la cupidité, le meurtre et la jalousie extrême. Teknifiane agonisait progressivement... En ce temps de chaos et de malédiction, une famille robot accouchaient d'un enfant déformé. Cet enfant mal-considéré, était une machine mystérieusement siamois (frère et sœur anormalement collés l'un à l'autre), différente des autres machines de la population. Rapidement, les parents robots décidaient de se débarrasser de cette abomination. L'enfant robot rejeté, se retrouvait perdu dans les catacombes mécaniques de la ville Teknifiane, évoluant dans un labyrinthe d'ordures et d'automatismes abandonnés. Progressivement, au fil du temps, cet enfant et sa sœur collée à lui, s'auto-nommaient : Shamara et Yawang, ne formant qu'une entité robot Sharama-Yawang. Seule, très intelligente, surdouée, redoutablement féroce, Shamara-Yawang restait dissimulée dans les décombres des catacombes, observant le peuple sombrait dans l'auto-extinction. Les robots maralak, formant le peuple, s'auto-suicidaient en masse dans la folie comportemental, emportait par la dégénérescence... Lorsque le jour était arrivé, où le peuple n'existait plus, Shamara-Yawang délogeait les catacombes mécaniques pour retourner à la surface de la ville Teknifiane. La ville était vide de toute vie, rien, il n'y avait plus aucune famille robot vivante. Ultra-intelligente et ayant étudiée les technologies oubliées dans les tréfonds de la ville, Shamara-Yawong était en mesure de reconstruire la population via tout un réseau d'usine. Lentement, mais sûrement, Teknifiane se voyait repeupler par les habitants qu'elle avait perdue. Reconstruites, les petites créatures robots maralak revivaient au cœur de la ville. Mais, cette nouvelle génération, sauvée car recrée, devait suivre la guidance absolue de l'entité dictatrice. Les robots n'avaient pas de liberté, ils étaient conditionnés, obligé d'obéir à Shamara-Yawang. La dictature impose l'ordre et l'harmonie, afin d'éviter de revivre la décadence (trop de liberté).

Shamara-Yawang sait que pour que la sérénité soit agréable et constante, une dictature bienveillante avec liberté restreinte est obligatoire.



Art et idée : Samuel De Cruz

Report ~ Added ©

Other art by Samuel De Cruz

© by Samuel De Cruz
spectral 01.jpg - Digital Arts ©2019 by Samuel De Cruz - Abstract, abstract-570, fractale, fractal, samuel de cruz, abstrait, abstract
© by Samuel De Cruz
Femme et hétérosexualité revalorisée - Digital Arts ©2018 by Samuel De Cruz - Conceptual Art, conceptual-art-579, eugenisme, hétérosexuel, femme, feminité, titan, force, eugenic, ordre, suprématie, fascisme, fasciste, samuel de cruz, science fiction, statues
© by Samuel De Cruz
drapeau-C.E.O.E ORDRE SUPREMATIE EUGENIQUE.jpg - Digital Arts ©2018 by Samuel De Cruz - Conceptual Art, conceptual-art-579, eugenisme, superiroité, suprematie, force, samuel de cruz, ordre
© by Samuel De Cruz
548653.jpg - Digital Arts ©2018 by Samuel De Cruz -
© by Samuel De Cruz
CIAA - Synthetic Organs.jpg - Digital Arts ©2018 by Samuel De Cruz - Conceptual Art, conceptual-art-579, Robots, Science-fiction, robot, robotic, robotique, science fiction, samuel de cruz, ciaa, CIAA, virtuality ciaa, machine, machine CIAA
© by Samuel De Cruz
CIAA - FACING.jpg - Digital Arts ©2018 by Samuel De Cruz - Conceptual Art, conceptual-art-579, Robots, Science-fiction, machine, robot, robotique, robotic, science fiction, samuel de cruz, ciaa, CIAA, machine CIAA


View all artworks by Samuel De Cruz

Comments

Connectez-vous pour laisser un commentaire Sign in

Be the first to post a comment!