Back to top
 

Wen Dao


Follow Contact
Painting, Sculpture, Design ... 62 Followers Member since 2014
France

Back to list Added Oct 26, 2014


Article de Carmen Martinez sur le travail de Céline Pariggi

La sculpture est sans doute la forme d'art qui se base principalement sur l'expérience tactile, les échos de nos mémoires ancestrales se plasment, se traduisant ainsi enfin dans l'oeuvre accomplie.

Le geste de l’artiste destiné à se repéter cycliquement comme en un grand spectacle, produit chaque fois une absolue nouveauté.

L’argile, entre toutes les matières est la plus malleable, dans son état encore informe est présente une essence, une apparence prête à être décrite, qui en soi est déjà un potentiel de flux de tous ce qui pourrait être et encore n'est pas.

Les œuvres de Céline Pariggi se placent dans l'aspiration plus générale de l'art de notre siècle: rendre visible l'invisible, ou pour mieux dire à travers la forme dépasser ce qui est au-delà d'elle-même.


Le prétexte est la matière qui grâce à un équilibre "dynamique et harmonieux" aspire à la transcendance. Dynamique, parce qu'une caractéristique de la sculpture de l'artiste est celle de suggérer l'essence des éléments accompagnant les formes à travers la sinuosité des lignes de projection. Harmonique, car elle fait allusion à une dimension spirituelle qui se traduit par une recherche formelle.

Une telle recherche est, dans notre culture occidentale, évocatrice de la conception d'Héraclite selon lequel le conflit n’est qu'une forme particulière de relation et c’est la tension caractérisant le conflit qui a engendré «l'harmonie».

Héraclite arrive à dire que l’harmonie invisible est mieux que celle visible (la symétrie) parce que fondée sur la complémentarité des contraires ; en  utilisant les tensions produites elle origine un multiple mouvement.

Au centre des oeuvres de Céline Pariggi apparaît l’homme; l’être polymorphe et multiple.

LE CORPS MULTIPLE a comme protagoniste cette hyperbole figurative qui dévoile la plus  intime essence de la nature humaine; les différentes dimensions de l’être sont transfigurées matériellement dans les corps multiples à travers lesquels l’artiste semble vouloir pénétrer la physicitè corporelle pour sublimer la matière en essence.

L’ANAMNESI raconte la mémoire primordiale.

Dans la culture Platonique la parole anamnèse indique le processus de réminiscence qui conduit l’homme à redécouvrir graduellement ces idées qui sont la cause et l’origine du monde .

Elle représente l’éveil de la connaissance qui était déjà présente dans l’individu bien avant sa naissance; connaitre pour les platoniciens signifie se rappeler, permettre à l’âme de découvrir en elle-même les vérités qui ont toujours été présentes en elle.

L’oeuvre se propose comme forme en devenir, cristallisée dans l’instant embryonnel et est essentiellement déjà progénitrice de force et beauté.

PNEUMA – L’AME DU VENT est une oeuvre évocatrice ou les réminiscences et les chuchotements deviennent le souffle de vie qui dans  une ère ancestrale a créé le monde et tout ce que nous connaissons.

Du latin pneuma, en grec πνεῦμα  souffle, haleine, la parole peut être sémantiquement comparée à «âme» indiquant dans le développement de la terminologie grecque le principe vital de chaque organisme.

La fusion de l’être et parmi  les êtres est le thème sur lequel se développent BIRD et LES AMANTS; la polarité entre masculin et féminin indique la connexion, le lien de complémentarité qui est le symbole du complètement de l’être dans sa plus absolue perfection.

Ce qui surement est commun à toutes les oeuvres de l’artiste, au-delà du  verticalisme accentué  des lignes et des figures, c’est la tendance de la sculpture à sublimer elle-même, en exprimant le mouvement, en se libérant de la matière qui l’enveloppe, pour en ressentir la force primordiale.

                                                                                                          Carmen Martinez

 

Comments

Sign in...

Be the first to post a comment!