Cécile Labossière

Cécile Labossière Follow
Pessac, France

eglise-romane-de-carsac-aillac-dgne.jpg
Oil (13x18.1 in) Details



Ask the price
Certificate of Authenticity included
Returns Accepted 14 days
Trustpilot
1,187 views Popular!  

Other art by Cécile Labossière
View all artworks

19.7x25.6 in ©2014 by Cécile Labossière
volonne-alpes-de-hte-provence - Painting, 19.7x25.6 in ©2014 by Cécile Labossière - Figurative, figurative-594, Landscape, peinture-paysage
On Request
19.7x25.6 in
11.4x8.3 in © by Cécile Labossière
Camélias - Painting, 11.4x8.3 in ©2014 by Cécile Labossière - Figurative, figurative-594, Flower, peinture-toile-collée-sur-carton-à-encadrer
On Request
11.4x8.3 in
15x18.1 in © by Cécile Labossière
Un coin du petit village de Saoû (Drome) - Painting, 15x18.1 in ©2015 by Cécile Labossière - Figurative, figurative-594, Architecture
On Request
15x18.1 in
11.4x7.1 in © by Cécile Labossière
118.jpg - Painting, 11.4x7.1 in ©2014 by Cécile Labossière - Fantasy, Carte n°67
On Request
11.4x7.1 in
11.8x7.5 in © by Cécile Labossière
099.jpg - Painting, 11.8x7.5 in ©2014 by Cécile Labossière - Fantasy, Carte n° 64
On Request
11.8x7.5 in
19.7x24 in ©2029 by Cécile Labossière
Le Bouquet de Roses - Painting, 19.7x24 in ©2029 by Cécile Labossière - Figurative, figurative-594, Cotton, Flower
On Request
19.7x24 in

Similar Artworks
Show more artworks like this

About this artwork
This artwork is part of the gallery EGLISES ET CHAPELLES.

Techniques
Oil
Framing
No
Description

Carsac-Aillac est un petit village d'environ 1 000 habitants, proche de Sarlat-la-Canéda en Dordogne.

LES TOITS DE LAUZES
On "lève" la lauze, c'est-à-dire que l'on détache ces plaques d'une épaisseur de 3 à 5cm et d'une surface variable de 25 à 60cm de long sur 20 à 30cm de large et qu'il faudra retailler. De nos jours, on utilise essentiellement des lauzes récupérées sur de vieux bâtiments en ruine.
La technique de mise en place des lauzes nécessite des précautions particulières, de telles to1 Read More

Carsac-Aillac est un petit village d'environ 1 000 habitants, proche de Sarlat-la-Canéda en Dordogne.

LES TOITS DE LAUZES
On "lève" la lauze, c'est-à-dire que l'on détache ces plaques d'une épaisseur de 3 à 5cm et d'une surface variable de 25 à 60cm de long sur 20 à 30cm de large et qu'il faudra retailler. De nos jours, on utilise essentiellement des lauzes récupérées sur de vieux bâtiments en ruine.
La technique de mise en place des lauzes nécessite des précautions particulières, de telles toitures pèsent environ 500kg au mètre carré, il faut 50 tonnes pour couvrir un bâtiment de 9m sur 6m. Posées en tas de charge sur une épaisseur de 35cm, les lauzes sont coincées sans mortier et sans ciment entre des lattes de châtaignier, elles mêmes fixées sur les arbalétriers.
On comprend que la charpente doit être extrêmement robuste; charpente en chêne de forte section dont les éléments sont chevillés et mortaisés. Les arbalétriers et la poutre horizontale formant un triangle équilatéral (la ferme) sont espacés de 55 à 60cm. L'ensemble de cette charpente pèse un poids considérable. Les murs ont un épaisseur de 70 à 80cm.
Ces toitures ont toujours une pente de 60°, il faut en effet une telle inclinaison pour que l'eau de pluie glisse sans s'infiltrer entre lies pierres. Les lauzes servaient aussi à construire la coupole des cabanes de pierre toujours sans mortier, ou des fours et des pigeonniers. Quelques petits bâtiments assez rares, couverts en lauzes n'ont pas de charpente.
Sous ces toitures de lauzes il y a des combles. Ces greniers n'étaient pas habités et ne servaient qu'à mettre du grain. Pour aérer les combles on pratiquait de petites ouvertures, chatières ou houteaux qui rompaient la monotonie de ces longs toits.

ART ROMAN EN PERIGORD
Depuis la fin de l'occupation romaine, au IVe siècle, jusqu'au XIIe siècle, les invasions barbares se sont succédées dans le Sud-Ouest vidant le pays de ses habitants. Les forêts gagnèrent les terres jusqu'alors exploitées en Périgord, d'où la dénomination de Périgord Noir.

EGLISE DE CARSAC-AILLAC
Au XIIe siècle, début de la Guerre de Cent Ans contre les anglais, le souci de peupler le pays pour éviter l'occupation anglaise, ainsi que de créer des barrières à l'avancée du catharisme, a été à l'origine de l'essor dans le pays de monastères abritant différents ordres religieux. Cette époque voit la construction de nombreuses abbayes et la restauration des anciennes avec de nouvelles techniques architecturales. On généralisa, par exemple, l'utilisation de la voûte en pierre en remplacement de la charpente en bois, vulnérable aux incendies.
Ce nouvel art de construire est connu sous l'appellation d'art roman. Correspondant à une période de renouveau démographique et de construction massive, cet art est largement représenté en Périgord, reconnaissable à ses formes pures, presque sévères, taillées dans un beau calcaire blond et lumineux qui est un des atouts majeurs de l'architecture périgourdine. Au XIIe siècle on compte quatre cents églises romanes en Périgord.

Painting by Cécile Labossière (France), Oil. Its dimensions are 33x46 cm. This artwork is part of the gallery EGLISES ET CHAPELLES. Framing options are available for this artwork, please contact us for details.

Report Added © Short URL: https://artmajeur.link/pTttl2

Comments

Be the first to post a comment! Sign in

Be the first to post a comment!