Back to top

michèle caranovemichèle caranove Follow

Back to profile Galleries

Blogs & Articles by michèle caranove

 

Feb 26, 2016
Comments


Sélection officielle de l'oeuvre "Rhésus"

Concours d'Art Contemporain de l'Espace Christiane Peugeot.

Paris

Du 10 au 21 mars 2016

 

image002.jpg

 

Display comments Permalink

Aug 25, 2015
Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers) Comments


Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 avec bon nombre d'autres artistes

Rencontres artistiques organisées pendant la deuxième quinzaine de septembre à Marciac, cet événement convie le public, le plus large possible et le temps d’un week-end, à une découverte de l’art contemporain dans le village de Marciac (Gers).

La galerie Espace Eqart, à l'initiative de l'événement, s'est associé le concours des artistes et des galeries de Marciac pour organiser l'événement en partenariat avec la Mairie de Marciac, l’Office de Tourisme, la Médiathèque et d'autres acteurs culturels locaux.

Le salon des Mythimages - 4ème édition - se tient les 11, 12 et 13 septembre 2015. L'invité d'honneur est un artiste un peu savant, un peu fou, un peu poète, un mécanicien inspiré, un genre de Tinguely du recyclage... Nous vous présentons Olivier Louloum, un artiste qui aime aller dans les écoles, travailler avec les gens ou des collectifs d'artistes pour monter ses installations mécaniques. Avec lui nous avons prévu d'investir la place de Marciac, si grande et si difficile à occuper. Nous accueillons également le collectif Art Rythme Éthique qui va investir les Granges de la Mairie et nous proposer une installation-expo collective passionnante. Enfin nous accueillerons la belle Asmodée qui nous fera prendre de la hauteur sur tous ces événements. Il va y avoir de l'action.

On a hâte ! Un point accueil en partenariat avec la Médiathèque Intercommunale de Marciac/Plaisance sera installé sur la place de l'Hôtel de Ville.


Ouverture des lieux :
Vendredi 11 sept de14h à 20h
Samedi 12 sept de 10h à 12h et de 14h à 20h
Dimanche 13 sept de 10h à 18h

Vernissage sur la place samedi 12 sept à 12h00

http://lesmythimages.blogspot.fr/

 

230715-1169nb10cm.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030706.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030707.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030708.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030709.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030710.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

 

p1030711.jpg Je vous attends les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac, pour les Mythimages 20015 à Marciac (Gers)

exposition Art contemporain Gers Marciac expos graphisme visiter voir culture eqart rencontres artistiques mythimages

 

Display comments Permalink

May 4, 2015
Participation à l'expo "Liberté Expressions d'Artistes" Comments


Suite aux évènements de janvier 2015, une expo d'artsites se promène en France, support à discussion et reflexion.

Un nombre important d'artistes se sont regroupés autour de Michel Charmasson, et à son initiative, avec l'envie de partager la reflexion sur la liberté et son expression. Petit à petit l'expositon prend de l'ampleur avec un nombre croissant d'artistes participants.

Pour ma part, l'oeuvre "La liberté est un beau merdier " dont une photo est jointe à cet article, suit son bonhomme de chemin dans l'exposition.

Le dossier de presse est visible ici:

http://issuu.com/michelcharmasson/docs/dossier_de_presse_liberte___pour_is

 

caranove-liberte.jpg Participation à l'expo "Liberté Expressions d'Artistes"

liberté expression expo itinérance artiste janvier 2015 exposition

 

Display comments Permalink

Mar 22, 2015
Oeuvres à la plume Comments


Travailler à la plume n'est pas chose facile.

Outil ancien, d'allure simple, mais de pratique complexe, 

la plume conjugue l'exigence du trait et le hasard de l'encre.

Plus qu'un outil de dessinateur,

la plume est une pratique, une discipline.

Elle exige concentration autant qu'agilité 

et ne se pratique pas de façon distraite ou désinvolte.

La plume est tout autant une concertation de l'esprit 

qu'une souffrance du corps qui se crispe sur l'outil.

Il faut "être", être là.

C'est un outil de conscience du moment vécu 

autant que de la chose dessinée elle-même.

Je la pratique depuis 4 ans, sur papier bristol.

 

En ce début d'année 2015, 

le dessin à pris pour moi une importance jamais atteinte jusqu'ici.

Et les travaux depuis mi janvier tels "L'homme en marche" 

prennent tout leur sens.

 

Michèle Caranove

 

p1030354.jpg Oeuvres à la plume

texte plume oeuvre dessin papier encre de chine indian ink

 

Display comments Permalink

Nov 21, 2014
La nécessité du dessin Comments


Le dessin est pour moi une faim et une fin, le solfège à connaître pour prétendre composer une musique et la musique elle-même. La plume et l’encre de chine ont, dans mon travail, l’exclusive. Le papier est mon support et je travaille sans filet. L’essence de mon travail est à la fois, le besoin impérieux de dessiner, tout autant que la nécessaire expression de mes sentiments, impressions, douleurs, peines, joies et convictions, expression qui n’a d’intêret que si elle est communiquée à l’autre. Je considère mon travail comme une écriture, un voyage, tout autant qu’une éloge de la lenteur. Etant donné le temps que nécéssite la réalisation d’une oeuvre, le voyage en lui-même compte tout autant que la destination. Je voyage dans l’oeuvre qui se construit, pas à pas, et vais lentement vers la fin.. Mon écriture graphique s’enrichit, se développe de jours en jours autour de la nature et de l’homme au sens large. De notre rapport à l’autre et l’essence de ce que nous sommes. Je parle de mon aspiration au “meilleur”, à la connaissance de nous-mêmes et de notre place au sens large, place que nous avons perdue me semble-t’il. J’essaye alors d’interpeller, d’évoquer ce qui peut m’enthousiasmer, ou me désespérer. Mais, dans la forme, c’est la recherche d’harmonie qui me motive, et pas la destruction. Mon travail n’est ni amer, ni “trash”. Il se veut “énergie”, voire énergie vitale. Je veux construire, pas détruire.

 

000014.jpg La nécessité du dessin

dessin plume encre de chine personnages corps humain modèle pause graphisme noir et blanc

 

Display comments Permalink

Nov 21, 2014
Les peuples aléatoires. Comments


Tout autant foule qu'individus, les peuples aléatoires se côtoient, se frôlent, s'emboitent sans jamais se toucher réellement, indissociables solitudes.

Où va la vie, où va le temps, vers le centre où tout commence. 

Une ligne de fuite démarre et se rejoint elle-même de bout en bout, devenant personnage.

Un bras part à gauche, l'autre fuit à droite, grisant la feuille de sa superbe attitude.

Jambe en l'air, jambe en haut, quelques hachures de plume ajoutées l'ombrent pour lui offrir le volume.

Que veux-tu, peuple solitaire?

Qui s'assemble se ressemble en une dentelle de gris plus ou moins homogènes ou soutenus.

Les êtres ainsi composés  se frôlent et se complètent.

Ils emplissent de leur corps-graphisme, le vide qui les entoure, donnant naissance au gris.

Ainsi groupés en un noir et blanc solidaire, ils forment un tout, un être, un gris, un peuple où personne ne se choisit, mais que chacun compose.

Un peuple aléatoire.

 

mg-8466-caranove2-light.jpg Les peuples aléatoires.

 

p1030704.jpg Les peuples aléatoires.

 

p1030707.jpg Les peuples aléatoires.

plume noir et blanc dessin artiste personnage figuration figuratif graphisme encre de chine

 

Display comments Permalink

Nov 19, 2014
La plume Sergent Major Comments


La plume Sergent-Major est une plume métallique utilisée dans les écoles françaises pour l'apprentissage de l'écriture à la fin du xixe siècle et jusqu'aux années 1960. Comme celui de ses corollaires, le porte-plume, l'encrier de porcelaine blanche et l'encre violette, son nom évoque les bancs de l'école républicaine, gratuite, laïque et obligatoire. La plume métallique est introduite dans les écoles dès 1850, mais, encore onéreuse, elle cohabite un temps dans les campagnes avec la plume d'oie. Baignol et Farjon commercialise une plume moins chère, la Gauloise, destinée aux élèves, la Sergent Major restant initialement utilisée par les maîtres. Puis la Sergent-Major, conditionnée pour les écoles par grosses de 144, se répand plus largement, d'abord dans les milieux aisés, puis se démocratise et chaque enfant est doté de son plumier, parfois en bois, garni de son porte-plume et de ses plumes Sergent-Major1. Le stylo à bille du baron Bich la remplace en 1953 mais elle apparaît encore parmi les 280 articles de consommation courante utilisés pour le calcul de l’indice annuel du coût de la vie en 1955.

Certains se souviennent encore des pleins et des déliés exigés par les maîtres d’école jusqu’au début des années 60, véritables exercices de calligraphie, parfois sources de pâtés que l’indispensable buvard rose ne suffisait pas toujours à camoufler ! Véritable rituel nécessitant l’encrier de porcelaine dans lequel était versée tous les matins l’encre violette, l’acte d’écrire devenait alors indissociable de son outil incontournable : la célèbre plume Sergent-Major… Cette plume métallique, au bout de son support de bois, remplace la plume d’oie dès la fin du XIXème siècle. Bien qu’elle évoque en France l’école laïque, c’est en Angleterre qu’elle est inventée dès le milieu du XVIIIème siècle. Pourtant, son industrialisation et sa commercialisation se développent à Boulogne-sur-Mer en 1856, selon une marque déposée par la société Gilbert et Blanzy-Pourre. Une fabrication jalousement protégée La fabrication de la plume Sergent-Major comporte 12 étapes précises et minutieuses qui justifient le souci de la société d’en garder la propriété. Elle explique aussi la raison d’être de la notice figurant au dos de chaque boîte : La plume Sergent Major, la meilleure des plumes, est la propriété exclusive des Établissements Gilbert et Blanzy-Pourre. Pour éviter toute contrefaçon, exigez les mots Sergent-Major, marque déposée sur chaque plume et la bande tricolore autour de la boîte… Il faut savoir que la forme est d’abord découpée sur des feuilles d’acier. Puis elle est percée au centre, fendue jusqu’à son extrémité et marquée d’inscriptions. La plume est ensuite recuite pour rendre l’acier plus souple. Un estampage permet également d’y imprimer des motifs en relief. À ce stade a lieu le formage destiné à lui donner sa forme cylindrique. Un secondrecuit et une trempe lui donnent alors ses célèbres qualités de dureté et d’élasticité.  Après nettoyage, chaque plume est aiguisée pour en effiler le bec. L’opération la plus délicate consiste en la découpe de la fente, puis vient le polissage et, enfin, un vernissage pour la protéger de l’oxydation.

Une symbolique bien ciblée La plume Sergent-Major, destinée à une pratique intellectuelle, fait aussi référence à un grade de l’armée. D’ailleurs, le contexte sociétal et patriotique de l’époque joue un rôle important dans le succès de cette marque. Il existe alors d’autres fabricants de plumes mais qui n’ont pas eu cette intuition « marketing ».

En fait, le grade de Sergent-Major, créé en 1776, correspond au grade le plus élevé des sous-officiers, donc le plus lettré. Il est chargé de l’administration de la compagnie, adjoint du capitaine et comptable de l’unité. Considéré comme un soldat d’expérience, voire d’élite, jusqu’en 1870 il peut prétendre au statut d’officier. Il représente donc le symbole de l’ascension hiérarchique, ce qui s’allie très bien avec les débuts de l’école primaire. C’est ainsi tout naturellement qu’on retrouve la plume Sergent-Major d’abord réservée… au seul maître. Les élèves, quant à eux, utilisent une plume meilleur marché et moins prestigieuse, la Gauloise, commercialisée par Baignol et Farjon. Après la guerre de 1870 et la perte de l’Alsace et de la Lorraine, le conditionnement des plumes Sergent-Major devient de plus en plus lié à l’exaltation patriotique.

La boîte de 20 ou de 50 exemplaires est savamment décorée par une image rappelant une victoire des armées françaises. Désormais, la marque est la seule sur le marché et tous les écoliers écrivent avec la célèbre plume. En 1919, elle devient même symbole de la victoire et reste d’actualité jusqu’à l’avènement du stylo à bille du baron Bich, dans les années 60.

Gabrielle Bonnet pour signeetsens.com

 

p1020060.jpg La plume Sergent Major

plume noir et blanc encre de chine graphisme dessin

 

Display comments Permalink