Back to top

Jean-Marc ZabouriJean-Marc Zabouri Follow

Back to profile Galleries

Blogs & Articles by Jean-Marc Zabouri

 

Feb 8, 2018
Ô temps que je m'en souvienne ! Comments


On s’est dit bonjour une fois

On s’est dit au revoir trois fois

Tu es sorti je suis rentré

Tu es rentré je suis reparti

Et le temps est passé, tellement vite !

 

Sommes-nous faits pour attendre ?

Attendre toute une vie ?

Et avec tous ces mots qui nous bousculent

Qui nous connaissent si bien

Moi j’ai réécrit la maison, j’ai repeint les pensées

Et j’ai mis du sens à la couleur.

 

Les voilà ils ont rejailli du passé

De ce passé qui ne m’appartient pas

Qui ne m’appartient plus

Comme quatre vérités ils ont déboulé

Et je me revois, je me retrouve

Même dans les photos en noir et blanc

J’entends !

 

Je vous entends ma mère, mon père

Bien au chaud dans le creux du monde

En arrière plan toujours vivants

Vous riez et chantez,

Et

Il suffirait d’un petit rien pour que l’on se retrouve !

 

Mais quel étrange billet dois-je acheter ?

De quel quai dois-je partir ?

Peut-être avec une monnaie d’échange ?

Ou bien une monnaie de singe ?

Une devise à escroquer le Passeur !

                                                                                                                     

Je ne veux plus faire partie de ce zoo des ignorants

M’en évader, scier les barreaux des alentours

Sculpter les nuages pour leur rendre la parole

Et mes yeux rectifieront  le présent.

 

On se reverra avant le Grand’Hiver.

 

Jm Zabouri Février 2018.

*****

Névé.          

Ce matin toute la sagesse du Grand Pays

Est tombée sur les plaines

Au son des cithares et des lyres

Pour y déposer des psaumes de paix

 

L’ai-je vraiment vu ?

C’est fort possible !

 

Pourtant pas un son, juste quelques larmes

Muettes et sucrées

Parfumées comme des mûres blanches

Belles comme on ne peut l’imaginer

Comme avant dans les rêves merveilleux

 

Ne reste plus qu’à implorer les étoiles d’argent

Les oiseaux de la voie lactée

Et à écrire un testament de vérité.

 

Jm Zabouri Février 2018

*****

Les chevaux de bois tournent

Comme les tendres promesses

Faites aux âmes des enfants

Qui ont détourné leur regard.

 

Refermés les cahiers de couleurs

Les yeux noirs aux longs cils recourbés

Les pauvres mamans aux chagrins amers

Perdues devant la pâleur des princes.

 

Tant que tourneront les contes et les fées

A la manière des manèges illuminés

D’une flaque à l’autre

Eclabousseront d’étoiles les galoches mal nouées.

 

Et la mélancolie sera de bonne compagnie

A la renaissance de l’art forain

Les petits singes savants ouvriront la marche

Des anges assis sur les nuages.

 

JmZabouri Décembre 2017.

*****

Le clown

 

Debout sur les mains

Les pieds dans les nuages

A l’assaut de la Terre

Je marche la tête en bas

Ruisselant de lumière

C’est tellement beau

De voir le monde à l’envers

Lui redonner son vrai sens

Comment en suis-je arrivé là ?

On n’a pas l’habitude

De ce genre de chose

Mais je me plais à contempler

Les gens de cette position

Ils semblent aimables et gentils

Pirouette d’acrobate

Je voudrais les rendre heureux

Les éloigner de la tourmente.

Amour d’amour j’orne le temps

D’étoiles et de roses.

JmZabouri Octobre 2016.

*****

Sans ruban ni papier de soie

Une brassée d’étoiles       

A été déposée devant ma porte

Peut-être un présent du passé

Qu’importe

Etes-vous ici pour me raconter 

Ou venez-vous simplement passer l’hiver

Au chaud

A côte du chat et du pot confiture

J’ai aussi du miel de printemps

Et pour vous héberger

Un récit, un ciel divin

Où vous reposerez à  jamais.

Je ne vous ai pas appelé

Et pourtant

Vous avez su me retrouver

Pour me dire ce qu’il y a entre nous

Ce que nous avons en commun

Pas plus gros qu’une mouche

Cette tache de naissance

Que j’ai là sur le cœur.

JmZabouri Octobre 2016

*****

J’ai présenté mon âme au Soleil, à la Mer

J’ai mis de côté mon corps

Pour ne pas souffrir

Et toute la beauté du monde

M’est apparue

Sans défense elle s’est offerte

Confiante

En mes mains elle s’est assoupie

Jm Zabouri Décembre 2017

*****

La beauté triste d’avant la joie

M’atteint de son intime et timide langage

Et quand son regard s’inscrit dans le lin

Il m’appartient, le reste importe peu.

La route m’attend et le mystère est proche.

De nos jours les transfusions d’Amour

Se font rares

Cet Amour perdu par les blessures

Mauves et bleues

Ne clame que sa guérison

Et les mères chantent le blanc des nuages

La couleur de l’oiseau sur la branche

La blancheur de la marguerite des champs

Moi, éternel enfant

Je laisse frémir mes doigts et mon cœur

JmZabouri Mai 2017

******

 

 

 

p1020125.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020124.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020117.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020112-3.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020105.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020099.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020097.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020111.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020188.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

p1020143.jpg Ô temps que je m'en souvienne !

 

Display comments Permalink

May 28, 2017
La splendeur des choix Comments 1


Les roses d’albâtre

 

Même la pluie ne sait si elle doit tomber

Alors pensez-vous, mes  larmes !

Elles se sont arrêtées entre deux mondes

Entre croyance et doute

Entre lumière et pénombre

 

Est-ce la saison des pêches et des abeilles ?

Celle des mésanges et de la neige ?

Nous sommes hors-saison

Nous sommes hors du temps

Nous sommes figés par notre peine

 

Soudain, c’est merveilleux

Il se met à pleuvoir !

Juste ce qu’il faut pour nous ramener à toi

Juste ce qu’il faut pour confondre nos yeux

Juste ce qu’il faut de bruit  

 

Est arrivée l’heure de rebrousser chemin

Dernier regard sur ta maison de glaise

Puisqu’il faut bien retrouver sa maison

Puisque rester là ne suffirait plus

Puisque la Terre s’est octroyé la Vie

 

La seule liberté qui nous reste

Est de se souvenir de toi !

 

 

 JM Zabouri

Octobre 2012.

¤¤¤¤¤¤

Sensations

 

Rien ne peut mieux qu’un ciel

Panser la douleur

Quand les nuages sont gentils

Et le bleu ravissant

C’est merveilleux !

 

Rien ne peut mieux que la pluie

Nous sourire tendrement

Même si les nuages sont mauvais

Et le gris surprenant

C’est merveilleux !

 

Le ciel est haut

Et j’aime

J’aime le rayon traversant les persiennes

Je suis le Printemps

 

Le ciel est bas

Et j’aime

J’aime la pluie heurtant doucement les carreaux

Je suis l’Automne

 

JM Zabouri

Octobre 2012 .

¤¤¤¤¤¤

Allée des érables rouges

 

 

Tandis que partout autour

De votre jardin secret

Repoussent pudiquement les fleurs,  

Dormez tranquilles mes petits parents !

 

De cette humble demeure,

Ce n’est que du bois

Quatre petits murs de bois,

Vous pouvez toucher l’Espace !

 

Et quand devant cet enclos

Où ne coulent plus

Les ruisseaux pourpres 

L’étranger passe son chemin

 

Moi je m’y attarde.

Malgré les pitreries de l’Hiver

Malgré les ardeurs de l’Été,

L’écureuil en est témoin.

 

Moi j’aime y déposer

Des fleurs somnambules

Des fleurs veilleuses de nuit,

Des confidentes après le Soleil !

 

Même avec des ailes

Je ne fuirais pas les souvenirs ;

L’infini n’est pas ce que l’on prétend

On s’y croise un jour ou l’autre !

 

JM Zabouri

Juillet 2012.

¤¤¤¤¤¤

Le puits

 

 

Je cherche un puits,
Un temple de pierre
Non pas pour prier !

Je veux m’agenouiller
Devant cet Autel
Juste pour y pleurer !

C’est un endroit infini
Où règne le silence.
Seule la Liberté fera écho
A mon sort emmuré dans le Ciel !

JM Zabouri
Juin 2012.

¤¤¤¤¤¤

Promets-moi…

 

 

Avant le Glas
Qu’un messager viendra à ma porte
Pour me prévenir.

Parce que c’est à moi que revient
Le privilège de ton tout dernier sanglot,
Parce que c’est à moi qu’il appartient !

Promets- moi…

Avant la Nuit
Que je bâillonnerai ton désespoir
Pour t’apaiser.

Parce que c’est à moi que revient
Le privilège de clore tes yeux de mes lèvres,
Parce que c’est à moi qu’il appartient !

Et maintenant je t’imagine parcourant ce Royaume !
Et maintenant je vagabonde autour de ton Enclos !
Et je te promets de rester ami avec le Ciel
Afin qu’il me laisse retrouver ta trace mon Heure venue.

JM Zabouri
Juin 2012.

 

003.jpg La splendeur des choix

 

004.jpg La splendeur des choix

 

008.jpg La splendeur des choix

 

012.jpg La splendeur des choix

 

015.jpg La splendeur des choix

 

061.jpg La splendeur des choix

 

Display comments (1) Permalink

Mar 27, 2017
Au point de se fondre dans l'âme... Comments


De loin en loin, entre les pommiers

Ils jouaient aux enfants de la Mer

Ils jouaient Brahms et louaient Chaïm

Leurs corps flottaient sur l’herbe

Comme sur des rouleaux d’écume

Tirés par mille chevaux aux harnais d’argent

Tout était ravissant et baignait dans la lumière

«  Je n’ai que deux bras pour t’enlacer ! »

Toute une vie pour aimer

De livres en chansons,  des mots et des notes

Pour clamer la vie qui rougissait sous leurs mains

C’était un matin de juin, ils sont partis

Sans fermer la porte

Tous vers la gare ils sont allés

Et les chevaux se sont enfuis dans le brouillard

Dans leur galop, le ravissement et la lumière

Le loup attendait l’homme pour l’attacher

Au pied des cheminées violant le ciel

 

Les années froides sont venues piétiner leur vie

 

Mais rien de ce qui se produit

N’atteint la liberté de l’esprit

 

Le temps d’une ride et les voilà revenus

Entre les pommiers qui ne donnent plus de fruits

Mais dont les racines puissantes sont comme leur amour

Les nuages ont remplacé l’herbe tendre

Le cœur bondissant, ils jouent au mariage.

 

Les tendres souvenirs

 

Jm Zabouri Février 2017 

¤¤¤¤¤¤

 

Le temps revient sur ses pas

Pour nous offrir le silence

C’est mon cœur que tu entends

Maintenant que le monde s’est tu.

Par-delà le pardon et les larmes d’argent

La rancune est assassine

Et je meurs de te dire la beauté de la vie

La lune vieille comme une reine de cendre

Le soleil enflé d’alvéoles de miel.

En passant par la porte bleue

J’ai dévoilé mon visage et le parfum du ciel

Pleure sur mon épaule

Tout a commencé.

 

Jm Zabouri Octobre 2016

¤¤¤¤¤¤

Un châle de perles

Comme un récit d’amour

Des fils d’argent

Pour des chemins de vie

Mes yeux brillent encore

J’ai onze ans et je rêve

 

Jm Zabouri Septembre 2016

¤¤¤¤¤¤

 

Un soleil plus jaune que d’habitude

Des nuages plus facétieux qu’à l’ordinaire

Et voilà un Ciel qui me rappelle l’enfance

 

Je l’ai déjà croisé en rentrant de l’école

Sans savoir qu’un jour je le retrouverai

Hissant sa bannière à clochettes

 

Je suis un ours qui joue à la poupée

Je suis un garçon qui joue à la marelle

Voilà le jardin secret dont j’ai la clef

Voilà la clef de mon jardin secret

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

Voici quelque chose pour toi

Des brins de patience et de vaillance

Un lac multicolore, un cœur vert et bleu

Empli de tout ce qui a été promis

La fièvre se calme et tes yeux m’entraînent

Vers une terrasse plus vaste que le monde.

Par delà le muret  une promesse,

Garder jusqu’au bout la splendeur du jour  

Garder jusqu’au bout des bras secourables

Comme tu connais la terre les rires et les pleurs

Et que tout mène à la cinquième saison

Chantons pour que l’univers entier résonne.

 

Jm Zabouri Janvier 2017

¤¤¤¤¤¤

 

J’ai mille et une choses à faire

                                                              

Me voici revenu

Sans aucun doute

Sans amertume

Pour défaire une image

Je chante les souvenirs

Du pays des yeux

La superbe du passé

De vagues en phrases

De la lourde croyance

Des entrailles

A un autre Noël

Pour un départ

A tire-d’aile

Mal des  transports

Transport du mal

Tant pis ou tant mieux

Tant bien que mal

Station des bienheureux

Me voici revenu.

 

JmZabouri Juillet 2016

¤¤¤¤¤¤

Les lettres de novembre

Faiseuses de lumière

Sont de douces conversations

Bonté, beauté des mots

Sans point à la ligne

Amour, don d’amour

La bouche parfois fermée

Je ne faiblis pas et je tiens bon

Et j’écris, j’arpente les pages

Comme un cheval creuse des sillons

Ô Terre, tes rouges, tes ocres

Me réchauffent et sur mes pieds

J’attends

Une bafouille maquillée d’encre  

Mascara

De la Mer Noire obscure et calme

Inexorable

Perdue j’imagine.

 

Jm Zabouri Octobre 2016

 

 

 

018.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

001.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

009.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

013.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

011.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

007.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

012.jpg Au point de se fondre dans l'âme...

 

Display comments Permalink

Mar 13, 2017
La traversée de la mer Morte Comments


Ce matin c’est le silence de tes pas dans la neige

Qui m’a réveillé, nous avons échangé quelques mots

Les mots simples des gens qui s’aiment                   

 

Tu souris, je souris et cette musique qui bruisse

Dans les arbres accompagne les froissements

Des taffetas de la chambre

 

Tu as remarqué, à mi-voix que le ciel couvert

En tournoyant nous disait

« Ce qui reste à accomplir ne le sera jamais »

 

Comme deux loups blessés

Les amants du froid s’étreignent à l’aube

Et ne rêvent qu’au présent, le temps de l’amour

 

Avant que tu ne reprennes la route

Et que tes traces me disent qu’il te sera difficile

De faire demi-tour

 

J’ai fermé les yeux et j’ai prié dans l’abîme du silence

Ton visage comme une icône slave

« Reste ! »

 

JMarc Zabouri Mars 2017

¤¤¤¤¤¤

Dans le lit j’attends….

Ce n’est que plus tard quand j’ai allumé

La lumière dans l’escalier que j’ai vu

J’ai vu l’espace occupé par les portraits

Habitants des lieux mais aussi des rêves

Il faisait froid et la neige avait cessé

La lune maintenant libérée des nuages

Donnait le change à la blancheur du sol

Le jour était bien loin de se lever et je devais dormir

En attendant que mon cœur se calme

Je me suis recouché pour redevenir transparent

Et libérer mon corps de son enveloppe charnelle

Mais la nuit brillait et ce n’était pas un rêve

Du moins pas encore

Tu dormais bras sous la tête, souriant, lèvres entre-ouvertes

Et ton souffle me signifiait que ton aide je n’aurai pas

La lune aussi s’est recouchée et la neige s’est remise à tomber

Puis à glisser silencieusement des toits comme pour

Ne réveiller personne…

En vérité je ne voulais pas me rendormir et retrouver ce rêve

Ces visages connus cherchant une porte à quitter ce monde

Cet entre-deux du non repos planant comme une vision

Bleue du dessus d’eux-mêmes !

Mais il faut bien les libérer ces portraits cloués au mur

Alors je me suis enfin rendormi pour leur ouvrir la voie

Traditionnellement ces choses se font

Et continuent oui

Continueront  tant qu’il y aura des passeurs de Nuit

 

Jm Zabouri Février 2017.

¤¤¤¤¤¤

Est-il à moi cet endroit où je vis 

Dont je respire chaque murmure ?

On y fabrique des mots, des silences, des soupirs

Des filaments interstellaires

Qui sont vous, qui avouent qui nous sommes

Les portraits figurant l’incertain

Et ce sentiment d’égalité entre eux et moi.

 

Retrouvés rue du Bac à sable

Des broderies de cotons, des brins de laine

Cousus bout à bout, parties manquantes,

Le début de l’histoire.

 

Muettes pour certains, odorantes pour d’autres

Les lettres frémissent sans s’incliner

Le i dans sa rectitude

Et le m, vague à l’âme à l’envers

Danse d’un monde à l’autre

Aime.

 

Une ampoule qui éclaire le plafond qui danse

Matin

La pluie se plaint sur les volets dévorés par le temps

Je me suis senti chez moi

La récréation qui vient

Je ne connais pas la faim de ceux qui veulent rentrer chez eux.

 

Jm Zabouri Décembre 2016.

¤¤¤¤¤¤

Il est temps de rentrer

Le vent, la pluie couvrent

Les voix qui s’élèvent du square

Même le chant des oiseaux

Au creux du lilas bleu

Semble étouffé dans sa retraite

La lampe vacille d’un brûlant mystère

Donnant à voir à travers les carreaux

L’infinie transparence

La tapisserie tissée d’abeilles et de libellules

Habille les murs d’une évidente paix

Le monde est là ne crains rien

Parle-moi afin que rien ne se perde

Ni ta lueur ni ton souffle

Ou bien reste muet  s’il le faut

Pour que la foudre n’embrase notre royaume

La mort n’est pas notre issue

Car plus grand que nous est notre Amour

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

Ils traversent le temps avec moi

Figés dans la couleur par un

Brossage de soie

Ces visages familiers ou méconnus se moquent bien

De notre mort annoncée et de nos doutes

Ces visages qui ne peuvent se retourner

Dans ces décors tendus, scellés

De quelques clous tapissiers

Ils sont rentrés chez eux d’un pas serein

Nul ne sait par quel miracle par quel chemin

Jalonnée d’amour et de nostalgie

La pérennité de la mémoire

Mains après mains frémissantes

Fait son ouvrage comme par magie

 

La porte ne s’ouvrira pas

Pour le petit chat

Le vent souffle les saisons

Mais les volets ne grinceront.

 

Ex-voto que d’autres après nous tenterons de décrypter

Alors que seule la trace laissée au verso veilleuse d’amour pourra les éclairer.

 

Jm Zabouri Décembre 2016

¤¤¤¤¤¤

 

 

 

dsc00460.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00474.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00517.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00487.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00544.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00452.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00478.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00454.jpg La traversée de la mer Morte

 

dsc00509.jpg La traversée de la mer Morte

 

Display comments Permalink

Feb 16, 2017
L'ombre au creux de la main Comments


Regarde de tous tes yeux

Regarde

Car maintenant il ne faut plus pleurer

Ecoute de tout ton cœur

Ecoute

Montent en moi les chants que tu aimes.

Ne laisse que l’enfance nourrir ta vie

Inoffensive, elle porte les fruits, la Terre

Puissante, tremblante, aimante, invincible

Aussi grande que notre désir

Elle franchit sans bruit l’intimité du Monde

Le Roman de la mer et du vent.

A travers nous, comme un oiseau calme

Tu apprendras enfin ce que tu dois savoir

Sans effort déployé, laisse-toi voler !

 

Jm Zabouri

Septembre 2016

¤¤¤¤¤¤

Orane ma couleur d’automne          

A contrecourant  nous ne faisons que passer

Un plat de spaghetti au chocolat et aux cerises noires

Lové au creux d’une assiette d’oiseaux décorée

Festin contre les ouragans

Subtil mélange avec tout l’espace contenu

Aux confins du désir.

 

Le vieil arbre a poussé dans la maison

Et ses branches tortueuses abritent

Flammes et oiseaux de Paradis.

 

Soudain tu apparais hors d’haleine 

Jaillissant des racines millénaires

Sève de jade et d’émeraude

Battant la tempe comme à la porte d’une église.

 

D’un regard tu m’arraches au temps

A moi-même

Dépose une goutte de parfum

Composé du passé de la grande lune

Nostalgie de sa rondeur

De l’ombre et des miracles.

 

Ce parfum qui résonne comme une mandoline

En bois de citronnier

Au centre des souvenirs captés ici

Dans la splendeur d’un soir, l’espace  d’un soir,

Cédant à la saison des mandarines.

 

Je m’attarde au coin de tes yeux

Comme on s’attarde au coin de la rue

Du Pain grillé où chantent les mésanges

Avant la neige annoncée.

 

Le sifflement de la bûche qui va s’éteindre

Fait vaciller encore un peu la tapisserie

Et la senteur des aiguilles et des pommes de pins ramassées

Embaume notre instant à jamais unique

Les divins rayons de l’aurore s’offrent enfin.

 

Jm Zabouri

Novembre 2016.

¤¤¤¤¤¤

Je suis ici depuis quatre jours

Le verrou est tiré et je contemple

Je contemple dans le salon vert

De Vallauris à Monaco 

Les petites veilleuses qui dansent.

Je n’ai pas encore décidé comment

Comment vais-je refaire mon destin ?

Du mont Gabriel je peux peut-être

Reprendre ma respiration et m’élancer ?

Je ne sais pas voler !

Dans ce ciel ridé de nuages

J’ai cru qu’il pouvait en être ainsi

Mais je ne sais décidément pas voler…

Je suis enfin sorti de la maison, les idées claires

La vérité n’est pas si dérangeante

Et mon esprit solide comme un roc

A la vitesse foudroyante du passé

A rendu visite à l’enfant sur la plage

Ils ont marché modestement dans le sable,

Gravi des rochers, contourné des tempêtes,

Lancé des ballons et sont revenus

Dans les pas laissés sur la grève,

Fidèles l’un à l’autre

Comme la vie l’est à la mort.

 

Jm Zabouri

Octobre 2016.

¤¤¤¤¤¤

De nuit traverser le parc et retrouver le banc

Le temps d’aimer, le temps de rire

A l’heure où la rosée nocturne se lève

Eveillant en nous le pays des brumes

 

Une grand-mère dentelle à la main

Comme une rose modeste sans épines

Qui raccommode les heures, les querelles

Et tient du bout des doigts ses sacrifices

 

Elle l’avait toujours dit petit bout de femme

Au visage de fruit défendu

Qu’elle serait là vaillante et minutieuse

Pour raconter les fables et les bonnes nouvelles

 

Mais sur la côte radieuse de ce parc bienheureux

Une jonque fleurie l’attendait en silence

Pour aller causer un peu plus loin sur une île jaune sacré

De nuit traverser le parc et retrouver le banc.

 

Jm Zabouri

Janvier 2017

¤¤¤¤¤¤

C’est loin

C’est encore loin ?

C’est la saison de la pluie amnésique.

Elle pourrait raconter Julien de la Porte St-Martin

Encharpé de laine et de fumée bleue.

Elle a le don de tout laver, de faire luire le pavé

Croyez-moi, elle vole, elle voit mais ne dit rien.

Au-dessus de son  corps, de sa nuque

Tourne le monde

Il est ivre, kamikaze, il arpente

Gorilles en quête de chaleur flairent et humilient

L’air de Paris.

De sa cellule étroite, opium et houblon doré

Il voyage mais n’oublie rien.
C’est loin,

C’est déjà loin.

 

Jm Zabouri

Octobre 2016

¤¤¤¤¤¤

Est-il à moi cet endroit où je vis 

Dont je respire chaque murmure ?

On y fabrique des mots, des silences, des soupirs

Des filaments interstellaires

Qui sont vous, qui avouent qui nous sommes

Les portraits figurant l’incertain

Et ce sentiment d’égalité entre eux et moi.

 

Retrouvés rue du Bac à sable

Des broderies de cotons, des brins de laine

Cousus bout à bout, parties manquantes,

Le début de l’histoire.

 

Muettes pour certains, odorantes pour d’autres

Les lettres frémissent sans s’incliner

Le i dans sa rectitude

Et le m, vague à l’âme à l’envers

Danse d’un monde à l’autre

Aime.

 

Une ampoule qui éclaire le plafond qui danse

Matin

La pluie se plaint sur les volets dévorés par le temps

Je me suis senti chez moi

La récréation qui vient

Je ne connais pas la faim de ceux qui veulent rentrer chez eux.

 

Jm Zabouri

Décembre 2016.

 

 

canard-mousse.jpg L'ombre au creux de la main

 

fleur-de-rouille.jpg L'ombre au creux de la main

 

la-lune-dans-le-caniveau.jpg L'ombre au creux de la main

 

le-garcon-aux-cheveux-verts.jpg L'ombre au creux de la main

 

spirale.jpg L'ombre au creux de la main

 

Display comments Permalink

Jan 28, 2017
Pourtant le temps profond Comments 3


Dans mes mains le poids des ans

Et la lumière est mon pays

Les aveugles y retrouvent leur chemin

Semé d’or et de coquillages

Cane blanche à deux pattes

Cahin-caha ouvre la voie

Les enfants jouent aux cailloux

Ronds et brillants comme la lune

C’est ainsi que les bleus se font

Profonds comme la nuit

Verts comme l’océan écumé

Les jardins remplis d’amour

Là où les gazons recouvrent

Les dalles et les petites grilles

Dorées et serpentées de lierre

Vous attachent avec des ronces

De roses de velours d’un violet

Doux comme un châle usé

Je vous parle d’un pays

Où l’hiver s’attarde avant de

Laisser la place au printemps

Avant de prendre le large

Dans la fumée des cheminées

Qui étouffent les dernières bûches

Là où on se penche sur les violettes

Au goût de Romanée Conti

Au profond de ce pays

On s’enracine au parfum

Suave des souvenirs et des conversations

Qui suffisent pour ne pas mourir

 

Jm Zabouri Décembre 2016

¤¤¤¤¤¤

 

Pas plus tard que cette nuit

Sous les toits blancs de neige

Je suis tombé de mon lit

Et ma tête a heurté le coin

De ce petit meuble

Que l’on appelle chevet

Le tiroir s’en est ouvert

Et je me suis aperçu

Que tous mes rêves

Y étaient rangés

J’avais pour habitude

De les chercher dans un coin

De mon cerveau

Mais ils se sont trouvé un endroit

Bien plus secret, un endroit

Où personne ne serait allé

Pas même moi, les chercher…

J’y ai installé une petite lumière

Une lumière enfantine et douce

Elle sert de guide à mes rêves perdus

Afin qu’ils retrouvent leur chemin

Et que ceux qui veulent s’y reposer

Le puissent

Quatre planches de bois décoré

Qui veillent aux songes

En mon chevet

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

Il a tant neigé

Le bleu des toits a disparu

Et le ciel est soulagé

Dans la chambre de bonne

Amants du dernier étage

Le plus bel étage

Fidèles, infiniment présents

Au creux du temps

Aux creux des mains

A bout de souffle

Aux purs gestes d’amour

Soumis à la lune

Qui brode les murs

D’un céleste argent

Ils s’aiment en leur royaume

 

Jm Zabouri Novembre 2016.

¤¤¤¤¤¤

Que peut vouloir dire ce rêve ?

J’étais un enfant silencieux

Retenant son souffle

Essuyant quelques larmes dorées

 

Le jour se levait empourpré

Des craintes de la nuit

Mes ailes se déployaient, immenses

Blanches et vierges

Et la terre s’est ouverte

Au-dessus d’une Reine

Dont le long cou d’albâtre

Orné de joyaux qui ne brillaient pas

Semblait s’étirer vers les nuages

Collier de nouilles et couronne de coquelicots.

 

Ensuite je me suis caché

Derrière un buisson d’aubépine

J’avais envie de faire pipi

Soudain au-devant de moi

Un grand secret essayait

De rattraper le temps

Mais celui-ci courait trop vite

«  Moi aussi j’ai un secret ! »

Et toujours dans le ciel

Cette petite peine

En quête d’une grande joie

Pour la consoler.

 

Alors une chèvre multicolore arrivât avec son violon

Et c’est elle qui rendit grâce à la peine.

 

Un baiser sur le front c’est le matin

Je viens d’avoir huit ans

Chaque nuit d’une vie n’est pas assez longue

Pour rêver ce qui a été vécu

Sans explications

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

La Plage

 

Broderies de bord de mer

Et petits cochons de Lannion

Autrement vécu ce voyage

Sur cahier collé

Le Paris-Brest est rapide

Et sa crème pralinée

Cheval de fer, cheval de mer

Eau forte, eau bleue

Sable dorloté par les cotons chamarrés

Héritiers du souvenir

Sauts, cris, joies

Les vagues de l’âme

Roulent et bousculent

Doigts de pieds, tête la première

Un détail, une main sort de l’eau

Décor modeste mais riche d’immensité

 Seigneurs du rivage.

 

Jm Zabouri Juillet 2016

¤¤¤¤¤¤

Soudain octobre rompt de son tam-tam

Le silence écrasant de l’été qui a trop duré

Et la pluie ravissante et fraîche panse

Les brûlures du soleil.

C’est pour lui que je suis là

Ce monde vertical qui redescend sur terre

Pour nous donner des nouvelles

Et nous affirmer le présent.

Quel est le nom de sa couleur ?

Seul le ciel peut inventer une telle couleur

« Le temps qu’il faut ! »

Je suis ici chez moi, trempé jusqu’aux os

Je ne bronche pas

Je suis ivre de ce don d’Amour

Si les nuages souriaient

Nous serions à nouveau orphelins.

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

Le coup de vent a dispersé les feuilles

Mais cette pomme restée seule sur l’arbre

Nous dit que ce qui vit est unique

En ce lieu, en  ce moment

Comme ce regard qui crie

Comme cette voix nimbée d’iris

Notre saison durant

Nous nous devons de sauver les fées

 

Jm Zabouri Novembre 2016

¤¤¤¤¤¤

 

 

 

 

 

 

img-20161230-145739.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20161201-124125.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20161231-134542.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20170113-112800.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20161231-141804.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20170126-124752.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20170126-124830.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20161225-114528.jpg Pourtant le temps profond

 

img-20170126-124842.jpg Pourtant le temps profond

 

Display comments (3) Permalink

Dec 29, 2016
Des images dans les mots, des mots dans les images Comments 1


PoèmeS

Ça sert à ça un jardin

Se dire que la lune

N’est peut-être pas si loin

Sous un ciel amoureux

Des fruits défendus

Des parfums et des murmures

 

Ça sert à ça un jardin

Se dire que les rêves

Ne se font pas que dans

L’obscurité de satin silencieuse

Entendre chanter l’arc-en-ciel

Dans la forêt de Lilas blanc

 

Ça sert à ça un jardin

Se dire que l’eau qui ondule

Pour faire danser les visages

Est une aurore céleste

Consciente de son image

Imparfaite mais sincère

 

Ça sert à ça un jardin

Se demander si l’espace

Ne contient pas un autre espace

Et la lumière une autre lumière

Ajuster la distance entre nous

L’immortalité nous fait escorte

 

A l’heure où le Soleil part faire son tour

A l’heure où la Lune est la bienvenue

L’évasion devient spectacle et se contemple

 

JmZabouri Août 2016

¤¤¤¤¤¤¤

La beauté a quelque chose de mortel

Rien de ce qui se voit

Ne vaut l’invisible

N’oublie pas ce qui t’a ému

Plonge dans le silence et la lucidité

Ose les larmes et les fruits sucrés

Mords dans les étoiles et dans l’espace

Qui a perdu sa mère

Qui a perdu son enfant

A engranger la douleur et la tendresse

Et toujours se souvient

C’est à la force du temps qu’on apprend

La gloire ne vaut rien

 

Jm Zabouri Octobre 2016

¤¤¤¤¤¤¤

De  part et d’autre de la lune

Comme un miracle, un visage délicat

On jurerait que c’est vrai

Mon amour j’ai chaud

Ta tendresse  me réconforte

Comme lorsqu’on lit une lettre

Tant attendue.

Elle sourit, te ressemble

Tu es l’instant et moi le reste du temps 

Je jour avale déjà la nuit

Et le parfum des étoiles

J’ai dévoilé mon âme

Entre mes mains

Tes yeux, ton nez, ta bouche

Je dois mourir encore ce matin

 

Jm Zabouri Octobre 2016

¤¤¤¤¤¤¤

Face à face dans un estaminet perdu

Nudité éblouissante de la lune

Avec son galurin à plumes

Et notre amour argenté, argenté

En douceur, en douceur

Quinquets dans le cœur,

Tes pensées sur ma bouche

Ma bouche à ta peau

Nos mots s’apostrophent

Se moquent des saisons

Et des citronniers bleus embaumant l’air

L’épais son du bourdon nous ramène des étoiles

Poussière probable de nos souvenirs

Dernier trolley à prendre vers le monde 

 

JM Zabouri Juillet 2016

¤¤¤¤¤¤¤

Bourgeoisie

Les allusions à l’amour sont monnaie courante

Femmes à leur toilette ou écrivant des lettres

Métamorphoses sexuelles qui renvoient aux conclusions

Dont la pratique est condamnée par l’église

 

Les fenêtres marquent la limite entre

Le monde extérieur et le monde intérieur

Elles sont parfois cachées par des rideaux

Au cou des jeunes femmes, à leurs oreilles

Sont les parures qui leur sont attachées

 

C’est la lumière qui construit l’espace

Impénétrable et infini en même temps

Le noir, dans sa matité, déchire la lumière

Odalisque à la culotte rouge.

 

Jm Zabouri Juillet 2016

¤¤¤¤¤¤¤

Comme la vie

 

Je m’habille d’eau

Et d’un jour nouveau

Au bleu du soleil

A l’or des cœurs

Je chante un cantique

Connu des abeilles

Fragments de rose

Couleur fragile.

Faites silence et écoutez glisser

Sur les ailes des cygnes  blancs

Le vent plus fort que le sel

Le vent plus fort que le sang

 

Jm Zabouri Juillet 2016.

¤¤¤¤¤¤¤

Ferdinand

 

Clavecin dans jardin d’automne

Gentilhomme au visage bleu

Fée en jaune

Le lieu reste une énigme

Une histoire excentrique

Juste pour libérer le cœur

Un oiseau posé sur la tour ouest

Je jeu du chat et de la souris

De bric et de broc

La poésie des lieux

Etranges et chaotiques

Comme un rêve échoué

Idéal après la marée

 

Jm Zabouri  Septembre 2016

 

 

img-20161201-131039.jpg Des images dans les mots, des mots dans les images

 

img-20161202-081811.jpg Des images dans les mots, des mots dans les images

 

img-20161201-123939.jpg Des images dans les mots, des mots dans les images

 

Display comments (1) Permalink

Mar 27, 2013
Communiqué de presse Comments


EXPOSITIONS 2014... Exposition à la Ville aux Dames (37) février 201...Exposition à la Galerie Vagabonde à Selles sur Cher (41) mars 2014...Exposition à la Exposition à la Méli d'Issoudun (36) avec la Garance Bleue une photo, une toile  du 1er au 17 avril 2014...Restaurant " Le Bistrot Gourmand à Châteauroux (36) du 15 mars au 15 mai 2014...Marché des peintres de Rueil-Malmaison (92) le dimanche 1er juin 2014...18ème rencontres de Lunery (18) 7,8 et 9 juin 2014...Vie d'atelier à Diou (36) le 8 juin 2014...Expo à Thénioux (18) le diman che 8 juin 2014... Exposition avec la Garance Bleue à l'hôpital Taillegrain à Bourges (18) les 21 et 22 juin 2014...

 

Display comments Permalink

Feb 27, 2013
Communiqué de presse Comments


EXPOSITIONS 2013...Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Restaurant La Grange aux Dîmes à St-Outrille (Cher)... St Florent sur Cher du 2 au 17 mars 2013 Centre Louis Aragon...Expo au salon artistique de Descartes (37) Centre Culturel du 2 au 17 mars 2013...Exposition samedi 24 mars au collège Balzac à Issoudun (36) avec la Garance Bleue Vente de petites toiles 20x20cm pour participer au financement d'un voyage pour les élèves du collège... 20ème Salon International Art °et Peinture à Bourges (18) Au Palais d'Auron du 13 au 21 avril 2013...7° Salon Européen au Beffroi de Brugge (Belgique) du 20 au 23 juillet 2013

 

Display comments Permalink

Jan 12, 2012
Communiqué de presse Comments


EXPOSITIONS 2012...Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Laboratoire les Coinchettes à Issoudun (Indre) expo personnelle du 13 janvier au 10 février ... La cité de l'Or à St-Amand (Cher) en compagnie des Messagers de l'Art du 20 janvier au 14 février... Musée Expo de Brux (Vienne) en compagnie des Messagers de l 'Art du 25 février au 25 avril... Immobilière Guignard à Argenton (Indre) du 1er au 30 avril...Au Moulin de Diou (Indre) Vies d'Ateliers les 26 et 27 mai... Moulin de Mézières en Brenne Office du Tourisme (Indre) expo personnelle du 1er au 29 juin...Palais du Duc Jean à Bourges (Cher) avec la Garance Bleue du 29 juin au 15 juillet...Espace Leclerc Culturel à Vendôme (Loi et Cher) expo personelle du 11 juin au 16 juillet...Office de Tourisme de Reuilly (Indre) en compagnie de la Garance Bleue du 7 juillet au 30 aôut... Galerie Vagabonde à Selles/Cher (Loir et Cher) avec la Garance Bleue du 30 juillet au 12 août...Office de Tourisme de Gargilesse (Indre) en compagnie des Messagers de l'Art du 9 juillet au 11 août...Salle Dembac à Vierzon (18) en compagnie de la Garance Bleue du 18 octobre au 10 novembre.

 

Display comments Permalink

Jan 11, 2012
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Laboratoire les Coinchettes à Issoudun (Indre) du 13 janvier au 10 février 2012... La cité de l'Or à St-Amand (Cher) en compagnie des Messagers de l'Art du 20 janvier au 14 février 2012... Musée de Brux (Vienne) en compagnie des Messagers de l 'Art du 25 février au 25 avril 2012... Immobilière Guignard à Argenton (Indre) du 1er au 30 avril 2012...Miulin de Mézières en Brenne Office du Tourisme (Indre) du 1er au 29 juin 2012... Espace Leclerc Culturel à Vendôme (Loi et Cher) du 11 juin au 16 juillet 2012...Office de Tourisme de Reuilly (Indre) en compagnie de la Garance Bleue du 7 juillet au 30 aôut 2012... Office de Tourisme de Gargilesse (Indre) en compagnie des Messagers de l'Art du 9 juillet au 11 août 2012...

 

Display comments Permalink

Apr 8, 2011
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Centre Culturel Albert Camus à Issoudun (Indre) du 7 au 27 mars 2011... Hall de l'Hôtel de Ville de Châteauroux (Indre) en compagnie de Muriel Cayet et de Philippe Abril du 14 mars au 1er avril 2011... Chapelle des Bordes (Indre) en compagnie de la Garance Bleue 1er et 2 avril 2011... Au Crédit Mutuel de Châteauroux en avril en compagnie des Messagers de l'Art...Palais d'Auron à Bourges (Cher) au profit des chiens guides du Lions Club du 29 avril au 8 mai 2011...Maison de George Sand Bureau du Tourisme à Nohant-Vic (Indre) du 5 au 18 mai 2011...Château de Bressuires (Deux-Sèvres) du 30 avril au 15 mai 2011...Office de tourisme d'Auxerre (Yonne) du 2 au 31 juillet 2011...Beffroi de Bruges en Belgique 34ème Salon du CAPSQ du 6 au 10 juillet 2011...Office de tourisme de Mehun sur Yèvre (Cher) du 29 août au 17 septembre 2011...

 

Display comments Permalink

Mar 23, 2011
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Centre Culturel Albert Camus à Issoudun (Indre) du 7 au 27 mars 2011... Hall de l'Hôtel de Ville de Châteauroux (Indre) en compagnie de Muriel Cayet et de Philippe Abril du 14 mars au 1er avril 2011... Chapelle des Bordes (Indre) en compagnie de la Garance Bleue 1er et 2 avril 2011... Palais d'Auron à Bourges (Cher) au profit du Lions Club du 29 avril au 8 mai 2011...Maison de George Sand Bureau du Tourisme à Nohant-Vic (Indre) du 5 au 18 mai 2011...Château de Bressuires (Deux-Sèvres) du 30 avril au 15 mai 2011...Office de tourisme d'Auxerre (Yonne) du 2 au 31 juillet 2011...Beffroi de Bruges en Belgique 34ème Salon du CAPSQ du 6 au 10 juillet 2011...Office de tourisme de Mehun sur Yèvre (Cher) du 29 août au 17 septembre 2011...

 

Display comments Permalink

Mar 4, 2011
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Centre Culturel Albert Camus à Issoudun (Indre) du 7 au 27 mars 2011... Hall de l'Hôtel de Ville de Châteauroux (Indre) en compagnie de Muriel Cayet et de Philippe Abril du 14 mars au 1er avril 2011... Chapelle des Bordes (Indre) en compagnie de la Garance Bleue 1er et 2 avril 2011... Palais d'Auron à Bourges (Cher) au profit du Lions Club du 29 avril au 8 mai 2011...Maison de George Sand Bureau du Tourisme à Nohant-Vic (Indre) du 5 au 18 mai 2011...Château de Bressuires (Deux-Sèvres) du 30 avril au 15 mai 2011...Office de tourisme d'Auxerre (Yonne) du 2 au 31 juillet 2011...Office de tourisme de Mehun sur Yèvre (Cher) du 29 août au 17 septembre 2011...

 

Display comments Permalink

Mar 2, 2011
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun (Indre)... Centre Culturel Albert Camus à Issoudun (Indre) du 7 au 27 mars 2011... Hall de l'Hôtel de Ville de Châteauroux (Indre) du 14 mars au 1er avril 2011...Office de tourisme d'Auxerre (Yonne) du 2 au 31 juillet 2011...Office de tourisme de Mehun sur Yèvre (Cher) du 29 août au 17 septembre 2011...

 

Display comments Permalink

Feb 9, 2011
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun ( Indre) à partir du 1er octobre .....Hôtel Fasthôtel à Montierchaume (Indre) à partir du 4 novembre 2010 en compagnie des Messagers de l'Art.... Palais du Duc Jean à Bourges (18) du 17 au 27 février 2011 en compagni de la Garance Bleue.

 

Display comments Permalink

Nov 10, 2010
Communiqué de presse Comments


Hôtel de la Cognette à Issoudun ( Indre) du 1er octobre au 31 décembre 2010.....Hôtel Fasthôtel à Montierchaume (Indre) à partir du 4 novembre 2010 en compagnie des Messagers de l'Art.

 

Display comments Permalink

Oct 7, 2010
Communiqué de presse Comments


Librairie "Au fil des Mots" à Gien (45) du 28 août au 30 octobre 2010----------- Hôtel de la Cognette à Issoudun du 1er octobre au 31 décembre 2010.

 

Display comments Permalink

Sep 6, 2010
Communiqué de presse Comments


Bibliothèque de Vatan exposition avec les Messagers de l'Art du 7 juillet au 31 août 2010.-------Librairie "Au fil des Mots" à Gien (45) du 28 août au 30 octobre 2010

 

Display comments Permalink

Aug 25, 2010
Communiqué de presse Comments


Bibliothèque de Vatan exposition avec les Messagers de l'Art du 7 juillet au 31 août 2010.-------Librairie "Au fil des Mots" à Gien (45) du 28 août au 30 octobre 2010-----Galerie Gisèle Veyrie à Saint-Yrieix (87)juillet et août 2010.

 

Display comments Permalink