Back to top

Art gallery

Maxime TAUBANMaxime TAUBAN Follow

Back to profile Galleries
TAUBAN Maxime

Maxime TAUBAN
(1975- )
Nationality: fr France


119 artworks   Artistic domains : Mixed Media, Digital Arts, Painting

Passionné par l’art, je pratique depuis plusieurs années différentes disciplines : le dessin, la peinture, la sculpture et surtout la photographie.

Ma première exposition « gribouillages esthétiques » (EMJ Montluçon 1994) montrait des dessins et peintures spontanés très colorés réalisés au cours des années 90 puis j’ai présenté l’exposition « la nature autrement » (1999) ; aboutissement de trois années d’expériences photo-graphiques sur le thème de la nature. J’ai ensuite approfondi ma pratique de la photographie en élargissant mes connaissances techniques et en intensifiant les prises de vue. Ma découverte de Londres, Paris puis Clermont m’a conduit vers des images urbaines toujours graphiques et de plus en plus abstraites.
Mais j’avais envie d’aller plus loin… je rêvais de créer des ambiances visuelles, des images différentes, intriguantes, dont on ne pourrait deviner l’origine technique. Comment réaliser des compositions complexes qui mêleraient les différentes disciplines que j’affectionnais ?
C’est alors que l’ordinateur est entré dans ma vie, révolutionnant ma pratique. Après un an d’apprentissage à découvrir les logiciels de création graphique et une première expo de photos retouchées « masques argentico-numériques » (FAL Clermont-Ferrand 2002), je mesurais l’apport de l’outil informatique et progressais suffisamment dans le bidouillage numérique pour l’intégrer pleinement dans mon art. J’utilisais alors mon ordinateur comme une table de mixage graphique qui me permettait de mêler dans une même image photos, peinture, dessin, collage… le « sampling-graphism » était né. Les images ainsi réalisées étaient imprimées sur toile puis montées sur chassis afin de perturber le spectateur (2004-2006).

Mais ce travail complexe d’infographie manquait de profondeur, de matière dans le rendu et surtout, mes créations n’étaient pas uniques puisque pouvant être facilement imprimées et reproduites… Après plusieurs essais, je décide d’aller plus loin en imprimant des images inachevées, (toujours composées sur ordinateur mais les couleurs sont très discrètes et les zones de vides plus présentes) que je retravaille ensuite à la peinture. (illustations pour le livre Er volume 1 en 2006 puis Er 2 en 2008). Une même image de base peut ainsi donner naissance à des résultats variés et le retour à une intervention manuelle permet de donner plus de force, de vie à une création finale affirmée et unique. Il s’agit bien de « peinture ». Pour les décrire, j’utilise l’expression de « techniques re-mixtes ».
Passionné par l’art, je pratique depuis plusieurs années différentes disciplines : le dessin, la peinture, la sculpture et surtout la photographie.

Ma première exposition « gribouillages esthétiques » (EMJ Montluçon 1994) montrait des dessins et peintures spontanés très colorés réalisés au cours des années 90 puis j’ai présenté l’exposition « la nature autrement » (1999) ; aboutissement de trois années d’expériences photo-graphiques sur le thème de la nature. J’ai ensuite approfondi ma pratique de la photographie en élargissant mes connaissances techniques et en intensifiant les prises de vue. Ma découverte de Londres, Paris puis Clermont m’a conduit vers des images urbaines toujours graphiques et de plus en plus abstraites.
Mais j’avais envie d’aller plus loin… je rêvais de créer des ambiances visuelles, des images différentes, intriguantes, dont on ne pourrait deviner l’origine technique. Comment réaliser des compositions complexes qui mêleraient les différentes disciplines que j’affectionnais ?
C’est alors que l’ordinateur est entré dans ma vie, révolutionnant ma pratique. Après un an d’apprentissage à découvrir les logiciels de création graphique et une première expo de photos retouchées « masques argentico-numériques » (FAL Clermont-Ferrand 2002), je mesurais l’apport de l’outil informatique et progressais suffisamment dans le bidouillage numérique pour l’intégrer pleinement dans mon art. J’utilisais alors mon ordinateur comme une table de mixage graphique qui me permettait de mêler dans une même image photos, peinture, dessin, collage… le « sampling-graphism » était né. Les images ainsi réalisées étaient imprimées sur toile puis montées sur chassis afin de perturber le spectateur (2004-2006).

Mais ce travail complexe d’infographie manquait de profondeur, de matière dans le rendu et surtout, mes créations n’étaient pas uniques puisque pouvant être facilement imprimées et reproduites… Après plusieurs essais, je décide d’aller plus loin en imprimant des images inachevées, (toujours composées sur ordinateur mais les couleurs sont très discrètes et les zones de vides plus présentes) que je retravaille ensuite à la peinture. (illustations pour le livre Er volume 1 en 2006 puis Er 2 en 2008). Une même image de base peut ainsi donner naissance à des résultats variés et le retour à une intervention manuelle permet de donner plus de force, de vie à une création finale affirmée et unique. Il s’agit bien de « peinture ». Pour les décrire, j’utilise l’expression de « techniques re-mixtes ».


Articles: