Back to top

Jean-Louis GaillardJean-Louis Gaillard Follow

Back to profile Galleries
Gaillard Jean-Louis

Jean-Louis Gaillard
(1956- )
Nationality: fr France


396 artworks   Artistic domains : Artcraft, Drawing, Digital Arts, Painting

Médecin généraliste à la retraite ( né le 13/05/1956), j’ai embrassé la carrière d’artiste peintre professionnel en 2007.
J’ai toujours dessiné ; vendant mon premier tableau (gouache sur bois) à l’âge de 13 ans contre quelques friandises à un surveillant de collège, je ne fus pas encouragé dans la peinture par mes professeurs d’arts plastiques. Néanmoins, je continuais à crayonner et dessiner pendant toutes mes études médicales.

C’est au contact d’un confrère médecin, aquarelliste local, que j’ai, en 1997 et sur un coup de tête, entrepris de me lancer dans l’aventure picturale. L’aquarelle d’abord avec ses tons pastels et sa rigueur au niveau du dessin. Ce médium me convenait à l’époque car il m’apportait le calme et la sérénité après les journées de travail. Ces premiers travaux furent exposés localement dans le Cher (18) ainsi qu'au cours d'une exposition personnelle (Palais des Congrès, Bourges 18000).
En 2002, ma rencontre avec le peintre J.C Guignardeau des Sables d’Olonne (85) fut une révélation : je découvris l’acrylique. Médium au séchage rapide, il convenait tout à fait à ma formation d’aquarelliste et à l'impatience de mon travail. S’en suivi quelques expositions personnelles et collectives et ce fut en 2007 que je fus découvert par un des hauts lieux d’exposition du Gard : Saint Laurent des Arbres.

2008 fut la consécration de mon travail avec l’exposition d’un de mes tableaux ("la diagonale du fou") au Salon d’Automne de Paris. En 2009 une vente aux enchères m'apporta une cotation au Guide Mayer/ Art Price ("arque en cielle") et je commençais à exposer dans les galeries parisiennes et étrangères (Italie, Belgique).

Personnellement, je pense que la peinture est un dialogue entre les Hommes. Chaque mot, chaque phrase peuvent et doivent être écrites dans toutes les langues possibles pour que l'émotion puisse être véhiculée. L’émotion d’un tableau vient du juste équilibre entre des émotions diverses voire contradictoires qui passent par les couleurs. Ces couleurs je les utilise avec tous les médiums (encre, aquarelle, acrylique) et de tous les styles en fonction du message que j'ai à délivrer. Faisant fi de la cohérence de mon écriture artistique, j'introduis donc peut-être la notion, comme en médecine, de peintre généraliste. Tel un musicien, j'utilise les médiums comme des notes, les styles (cubique, abstrait...) des portées, les thèmes les symphonies : symphonie sur la danse, sur la musique, sur la mer, sur les nus..

Coloriste avant tout, je cherche en tout premier lieu à m'étonner. S'étonner pour étonner les autres, voilà le maître mot. Du moins surprendre l'autre. Créer des ambiances, ne pas s’attacher à tout prix à reproduire in extenso la réalité, voire être dans le symbolisme. C'est ainsi que je me suis tourné petit à petit vers l'abstraction aussi bien symbolique que figurative voire lyrique. C'est l'avantage d'être dépourvu d'école de pensée et de pouvoir laisser parler son instinct, abstraction qui me vaut d...
Médecin généraliste à la retraite ( né le 13/05/1956), j’ai embrassé la carrière d’artiste peintre professionnel en 2007.
J’ai toujours dessiné ; vendant mon premier tableau (gouache sur bois) à l’âge de 13 ans contre quelques friandises à un surveillant de collège, je ne fus pas encouragé dans la peinture par mes professeurs d’arts plastiques. Néanmoins, je continuais à crayonner et dessiner pendant toutes mes études médicales.

C’est au contact d’un confrère médecin, aquarelliste local, que j’ai, en 1997 et sur un coup de tête, entrepris de me lancer dans l’aventure picturale. L’aquarelle d’abord avec ses tons pastels et sa rigueur au niveau du dessin. Ce médium me convenait à l’époque car il m’apportait le calme et la sérénité après les journées de travail. Ces premiers travaux furent exposés localement dans le Cher (18) ainsi qu'au cours d'une exposition personnelle (Palais des Congrès, Bourges 18000).
En 2002, ma rencontre avec le peintre J.C Guignardeau des Sables d’Olonne (85) fut une révélation : je découvris l’acrylique. Médium au séchage rapide, il convenait tout à fait à ma formation d’aquarelliste et à l'impatience de mon travail. S’en suivi quelques expositions personnelles et collectives et ce fut en 2007 que je fus découvert par un des hauts lieux d’exposition du Gard : Saint Laurent des Arbres.

2008 fut la consécration de mon travail avec l’exposition d’un de mes tableaux ("la diagonale du fou") au Salon d’Automne de Paris. En 2009 une vente aux enchères m'apporta une cotation au Guide Mayer/ Art Price ("arque en cielle") et je commençais à exposer dans les galeries parisiennes et étrangères (Italie, Belgique).

Personnellement, je pense que la peinture est un dialogue entre les Hommes. Chaque mot, chaque phrase peuvent et doivent être écrites dans toutes les langues possibles pour que l'émotion puisse être véhiculée. L’émotion d’un tableau vient du juste équilibre entre des émotions diverses voire contradictoires qui passent par les couleurs. Ces couleurs je les utilise avec tous les médiums (encre, aquarelle, acrylique) et de tous les styles en fonction du message que j'ai à délivrer. Faisant fi de la cohérence de mon écriture artistique, j'introduis donc peut-être la notion, comme en médecine, de peintre généraliste. Tel un musicien, j'utilise les médiums comme des notes, les styles (cubique, abstrait...) des portées, les thèmes les symphonies : symphonie sur la danse, sur la musique, sur la mer, sur les nus..

Coloriste avant tout, je cherche en tout premier lieu à m'étonner. S'étonner pour étonner les autres, voilà le maître mot. Du moins surprendre l'autre. Créer des ambiances, ne pas s’attacher à tout prix à reproduire in extenso la réalité, voire être dans le symbolisme. C'est ainsi que je me suis tourné petit à petit vers l'abstraction aussi bien symbolique que figurative voire lyrique. C'est l'avantage d'être dépourvu d'école de pensée et de pouvoir laisser parler son instinct, abstraction qui me vaut d...


Articles: