Anne Thomann

Anne Thomann Folgen
Saint Maur des Fosses, Frankreich

Parallèle au réel (2003)
Öl (23,6x28,7 in)


Kaufen Sie das Original

1.220 $ In den Warenkorb legen
Eine Frage stellen: Den Verkäufer kontaktieren
Versand nach Vereinigte Staaten: 110,9 $
Premium-Lieferung mit Versicherung und Tracking.
Rückgabe akzeptiert: 14 Tage
Gesicherte Transaktionen: PayPal / Kreditkarte
380 Besuche

Über dieses Kunstwerk
Dieses Kunstwerk ist Teil der Galerie Parallèle au réel.

Techniques
Öl
Rahmen
Nein
Description

Parallèle au réel

Dans la série Parallèle au réel deux logiques s’affrontent : la recherche ardente d’une cohérence, sous-jacente et entêtée et l’évidence d’une ambiguïté latente, hésitante au sein d’une structure flexible. De leurs rencontres naissent des zones d'incertitude et de plaisir, d’équilibre incertain, interrogateur. Des plans de réalité et de fiction se superposent, se traversent. Par endroits l’immédiateté expressionniste heurte, déborde les traces de la rigueur minimaliste mais... Weiterlesen

Parallèle au réel

Dans la série Parallèle au réel deux logiques s’affrontent : la recherche ardente d’une cohérence, sous-jacente et entêtée et l’évidence d’une ambiguïté latente, hésitante au sein d’une structure flexible. De leurs rencontres naissent des zones d'incertitude et de plaisir, d’équilibre incertain, interrogateur. Des plans de réalité et de fiction se superposent, se traversent. Par endroits l’immédiateté expressionniste heurte, déborde les traces de la rigueur minimaliste mais en même temps l’utilisation de techniques mixtes insiste sur le processus dont il résulte un effet de brouillage.
A la périphérie règnent le plus souvent les reliquats déséquilibrés d’une grille, traces instables de l’organisation logique des strates rationnelles du monde. Mais l’organisation s’est compliquée et la multitude des réseaux, des déviations superposées provoque des ratés, des béances, des oublis, des zones interstitielles de possibilités innovantes.
Plus vers le centre s’ouvre l’espace. Il absorbe et rejette. Il attire mais de lui s’écoulent vers l’extérieur des lignes à l’ordonnance géométrique implacable qui jouent librement de leur symétrie avec les traces de la grille universelle mais ces coulures en dissolvent le motif. De plus leur rationalité architecturale se révèle fallacieuse car dans les entrecroisements des flux elles déjouent les lois logiques de la frontalité, de la superposition, de ce qui recouvre, de ce qui est recouvert, du visible et du caché.
La grille par sa structure répétitive intrinsèque nous rassure dans sa recherche identitaire mais elle n’apparaît que dans une structure très générale, un motif de fond, retenu par quelques bandes autoritaires comme une mémoire fracturée, délaissée, qui s’abandonne dans quelques pavés grillagés.
Toutes les strates transitoires dans le jeu des empreintes et des superpositions énigmatiques, hasardeuses ou délibérées, déstabilisent, mènent à la perte de la familiarité. Elles nous plongent dans un horizon incertain de surexcitation visuelle avant de nous ramener vers un centre, décalé, plus calme mais qui s’écoule dans une entropie fluide.
La grille est donc ce résidu du réel mais l’imaginaire a pris le dessus et elle cède au flottement. Comment donner du sens à ces ruptures, ces informations contradictoires même si un ordre sous-jacent se devine ? Et notre égarement s’amplifie encore si nous considérons les rapports qui s’établissent entre les différentes toiles, formats et supports. Le glissement persévère, l’ordre dérive dans un espace exponentiel où la juxtaposition des strates culmine dans l’aléatoire.
Le semblable est différent. Dans cette dissemblance circule un nouveau devenir, dans cette confrontation permanente et troublante des altérités s’affirme une seule constante : la négation d’une norme, celle du réel ? Et le doute, le questionnement deviennent alors plus créateurs que la certitude. L’interrogation sur la vacuité de nos organisations, sur les incertitudes du présent, du monde extérieur est devenue vaine. Mais les connexions entre les différentes couches de la multitude des réseaux ouvrent des ressources illimitées.
Les gestes de la peinture renforcent cette approche. Un travail dans la souplesse, laissant libre cours à l’improvisation se devine. Il prend le pas sur la gestion sobre d’une topologie catégorisée et rigoureuse, peut-être sublime dans la retenue et le minimalisme, comme elle a tendance à s’imposer face à la toile encore vierge.
L’acte de peindre accepte ici l’interrogation, l’équilibre précaire instauré par chaque coup de pinceau pour s’ouvrir à l’ambiguïté dans une structure élastique et disjonctée, transparente et hybride, où l’all-over, le hors-limite se retourne sur lui-même, où le noir gomme le visible, les espaces illusionnistes, s’affirme en un négatif critique contestant la virginité du support. Et grâce à cette destruction des rythmes, des lignes, des empreintes, des effets de surface et des ordres intrinsèques, le réel reste en mutation permanente, accepte son déclin mais concrétise et la mémoire et la prémonition .
Rythmé par le passage, la discontinuité, la rupture, ces tableaux proposent un récit libre, un hypertexte hybride, un processus en création.


Anne THOMANN

Bericht ~ Hinzugefügt am ©

Andere Werke von Anne Thomann

© von Anne Thomann
luxe1838-2017-1200x80-vitrail-cerne-bijou-b.jpg - Malerei ©2017 von Anne Thomann -
© von Anne Thomann
parler-1677-60x30-1technique-mixte-sur-dibond1.jpg - Malerei ©2015 von Anne Thomann -
5,1x13 in ©2008 von Anne Thomann
HC 1241 - Malerei, 5,1x13 in ©2008 von Anne Thomann - Traits et/ou couleurs-matières se superposent dans l’espace, le vide de la lumière. Tracés ou épanchés sur du plexiglas dans la sensualité de leur séduction narrative, leur matérialité se révèlent dans la place que leur offre le regardeur.
24,8x35,8 in ©2006 von Anne Thomann
RC 1087 - Malerei, 24,8x35,8 in ©2006 von Anne Thomann - grille réseau toile
23,6x11,8x0,1 in © von Anne Thomann
lumiere-1821-30x60-vitrail-prisme-cernes-verres-sel-dibond.jpg - Collagen, 23,6x11,8x0,1 in ©2017 von Anne Thomann - Abstract, abstract-570, Andere
36,2x25,6 in ©2004 von Anne Thomann
réseaux cellulaires 911 - Malerei, 36,2x25,6 in ©2004 von Anne Thomann - green yellow flower


Alle Kunstwerke sehen von Anne Thomann

Kommentare

Seien Sie der Erste, der einen Kommentar schreibt! Anmeldung

Seien Sie der Erste, der einen Kommentar schreibt!