Back to top

Art gallery

Collect this artwork! Available on request Prints available
pinterest pinit

Sign in...
Françoise AUBERT-MOREAU Portrait Françoise AUBERT-MOREAU   Nice, France   478 days ago

coloré et original ce nouveau style, j'aime beaucoup!!!

Send an original Art Ecard !
To send this unique original artwork to a friend as an E-card, simply fill the form bellow.

Sign in...

Atlas végétal - Planche 3 2013
Painting, 50x50 cm © by Philippe ABRIL Follow Philippe ABRIL!

Other works from Philippe ABRIL :

View all artworks by Philippe ABRIL


About this artwork: Mixte sur toile.

Painting, Mixte sur toile - Aborigènes - Philippe Abril 2013
98 views | Added Mar 28, 2013
Contact Artist


Philippe ABRIL

Philippe ABRIL Follow Philippe ABRIL!
fr Ségry, France

View all artworks by Philippe ABRIL
Contact Artist
Order a custom work by Philippe ABRIL! Are you interested by a custom artwork from Philippe ABRIL ? To enquire about customizing an existing artwork, or create a completely new project based on your requirements, please contact the artist and provide all details about your project. Artist will be back to you within 48h.
View full profile


Né à Alès en 1962, Philippe Abril est passionné très jeune par l’univers de la photographie et des arts visuels ce qui le pousse en 1981 à passer un diplôme en imprimerie et Arts graphiques à Grenoble. Pendant 25 ans, il travaille au « Dauphiné Libéré » comme photocompositeur. Parallèlement, il suit [..] Né à Alès en 1962, Philippe Abril est passionné très jeune par l’univers de la photographie et des arts visuels ce qui le pousse en 1981 à passer un diplôme en imprimerie et Arts graphiques à Grenoble. Pendant 25 ans, il travaille au « Dauphiné Libéré » comme photocompositeur. Parallèlement, il suit des cours de photographie et d’aquarelle et anime des ateliers-photos. Pour lui la photographie est le moyen le plus immédiat pour créer des images, mais ce noble médium ne lui suffit pas en tant que tel et il colorise ces tirages baryté avec des encres translucides et commence à ajouter des touches de peinture acrylique dans ses recherches. C’est vers la fin des années 90 qu’il découvre les fabuleuses possibilités de l’outil numérique grâce à un PC, un scanner et un célèbre logiciel de retouche d’image.
La peinture, celle des musées, il la connait depuis tout petit via les belles collections de revues et livres d’art de son père. Voilà l’aventure est commencée, il va désormais mixer des photographies anciennes (les photos de famille) avec les tableaux de Maîtres. Résultat surprenant, touchant onirique et fascinant de voir naître un dialogue entre « l’anonyme et le chef d’œuvre ». Mais ce n’est pas encore assez car le désir profond et là, puissant et pressant, La Toile, ce monstre de tissu blanc tendu sur un châssis... Mais comment débuter après avoir vu tant de chefs d’œuvre de Velasquez à Basquiat, de Rembrandt à Picasso, De Kooning et tous les autres...

Comme souvent dans la vie, c’est une rencontre humaine qui fait changer de cap qui éclaire la route et offre des possibles là où tout semblait bouché, clos, interdit. Après un stage de découverte et de lâcher prise avec Muriel Cayet, artiste peintre installée à Mareuil, le dernier verrou saute et le voilà sourire aux lèvres, en espadrille au pied de cet Himalaya qu’est la Peinture. Il décide alors en 2006 de partir s’installer dans le Berry pour y débuter une nouvelle vie de peintre et graphiste Ce presque autodidacte, nous donne à voir une peinture exacerbée, à laquelle il donne naissance dans l’urgence de l’instant. Philippe Abril cherche à créer des images en laissant sortir ce qui se passe, ce qui se trame à l’intérieur. Le moment de la création est tout à la fois, une rencontre, un voyage avec son lot de surprises, une lutte parfois comme une corrida avec la toile... ce qui lui importe étant le résultat, l’effet produit par ces cristallisations de matières, de sensations, la prise en compte de l’aléatoire, de l’accident pour prendre connaissance de l’œuvre au moment où la forme apparait. Ses images sont une sorte d’écriture automatique qui puise sa source dans les recoins mystérieux de l’inconscient. Sa quête perpétuelle de structure, de construction et d’articulation nous amène à voir dans ses peintures des jaillissements, un mouvement vif, plein énergie sans être nerveux, en évoquant des atmosphères, des ambiances ou s’entremêlent, architectures éclatées, collages ou encore scarifications. Il a la volonté de maîtriser la lumière, les couleurs, en jouant des transparences, des coulures, des griffures... La peinture acrylique avec son séchage rapide n’a certes pas toute la profondeur et le moelleux de l’huile mais elle est un medium idéal pour travailler la spontanéité, la quête du geste juste et surtout du mélanges des genres, collage, pastels, feutre et mine de plomb. Dans ses toiles, Philippe Abril utilise la communication non-verbale, utilisant signes et symboles entre réalisme et non figuration. Pour lui, l’art ne se comprend pas et une œuvre réussie gardera toujours une part de mystère ineffable.

L’art n’est il pas un médiateur, un pont entre cet homme enfermé dans sa culture, civilisation, classe sociale, religion et autres tabous et cet autre , « habitant » de nous-même, cet Homme universel, lumineux, solaire et en chemin, qui traverse nos rêves, porteur de l’énergie créatrice, cette flamme qui éclaire nos vies.



Philippe Abril, born in 1962, maintains an interest in the concept of the unconscious collective and its archetypes as propounded by the psychoanalyst Carl G. Jung. At the same time, his artwork revisits the history of painting from the time of the Renaissance painter Lucas Cranach to the American Jean-Michel Basquiat (1960-1988). He utilizes photos of anonymous people from old family albums and imposes them on the images he captures from what he calls the "artistic collective unconscious." He was impassioned very young by photography and took a diploma in printing and graphic arts from the Jean-Bart college in 1981. He says his art is a search for new forms utilizing the techniques of of data-processing. He draws, scans, and uses Photoshop alone as his software. The art is always authoritative and careful.